lucy in the web - la passion des Beatles
|
plan du site | contact

interactif

recherche

à l'honneur

La chanson de Lucy, par Mumu

DVD Plastic Ono Band
DVD Plastic Ono Band

Bonsoir Paris, les Beatles et la presse française
Bonsoir Paris, les Beatles et la presse française


Les films de Richard Lester, particulièrement ceux mettant en scène les Beatles, ont brillamment découvert l'essence du mouvement de la jeunesse, donnant aux tournages des portraits définitifs de leur ère.
Lucy vous présente le personnage et ses films avec les Beatles.

C’est le 23/02/1965 que débute le tournage du second film des Beatles, « Help ! » (United Artists), conçu afin de prolonger l’hystérie initiale de la Beatlemania et qui préservera cet instant, tout en annonçant son déclin. Produit par Walter Shenson, « Help ! » est une farce comique, à l’inverse du style documentaire du script de « A Hard Day’s Night ».

Shenson fait appel à Marc Behm, auteur américain installé à Paris, pour l’écriture du scénario. Ce dernier propose une histoire loufoque demandant à être tournée en extérieur, tout autour du monde. Et c’est Ringo, dont la performance avait été remarquée dans « A Hard Day’s Night », qui décrochera le rôle principal. Behm se base sur le penchant du batteur pour les bagues et imagine qu’un fan lui a envoyé un anneau magique que les membres d’une secte maléfique veulent récupérer par tous les moyens.

Comme pour leur premier film, les Beatles n’ont pas leur mot à dire sur le contenu ou l’aspect de leur film.

John : « Le film échappait à notre contrôle. On avait mis beaucoup de nous-mêmes dans « A Hard Day’s Night » et le film était à moitié réaliste. Mais Dick Lester ne nous a pas dit de quoi « Help ! » retournait (…) en partie parce que l’on n’avait pas passé beaucoup de temps ensemble entre « A Hard Day’s Night » et « Help ! », et en partie parce qu’à cette époque, on fumait de la marijuana au petit déjeuner. Personne ne pouvait communiquer avec nous, ce n’était qu’yeux vitreux et fous rires en permanence.»

Les Beatles, qui avaient découvert la marijuana à l’automne 1964, fumaient maintenant régulièrement. John, parlant maintenant de cette époque, l’appela leur « période herbe » et poursuivit en expliquant que des kilomètres de bande avaient dû être détruits parce qu’ils ne pouvaient pas s’empêcher d’éclater de rire pendant le tournage.


C’est bien sûr Dick Lester qui dirigera le tournage, durant trois mois et demi.. Et c’est aux Bahamas que tout commence !

George : « En février à débuté le tournage de « Help ! ». Il a été tourné aux Bahamas, en Autriche et en Angleterre. C’est vraiment bien de tourner en extérieur. On a commencé par les Bahamas et, comme sur la plupart des tournages, on a passé beaucoup de temps à glander. Mais là-bas, au moins, on pouvait glander sur la plage. » La décision de tourner aux Bahamas avait été prise non seulement pour des raisons artistiques, mais aussi parce que les avocats des Beatles désiraient étudier leur statut de paradis fiscal pour les anglais. Le film était donc une bonne excuse.

Peu avant, les Fab’4 en avaient profiter pour se préparer en enregistrant plusieurs des chansons qui constitueront la future bande originale du film. Parmi elles : « Ticket to Ride », « You’re Gonna Lose that Girl », « I Need You », « Another Girl », « The Night Before » et « You’ve Got to Hide your Love Away ». Quatre jours après l’enregistrement de cette dernière, c’est le grand départ pour l’exotisme, qui semble offrir une bouffée d’air au groupe, loin de Londres et de la Beatlemania. Mais les cadrages colorés portent atteinte au réalisme de l’œuvre et de plus, les Beatles se sentent relégués au second plan dans leur propre film. Seul Ringo tire son épingle du jeu.

Pendant près de trois semaines, John, Paul, George et Ringo enchaînent les scènes avec toutefois quelques petites complications.

Paul : « Nous devions éviter le soleil parce que les scènes qu’on tournaient viendraient à la fin du film et ça aurait fait bizarre qu’on soit tous bronzés pendant la séquence dans la neige et pâles et maladifs pour les Bahamas. »
Le saviez-vous ?

Ringo tourne la « scène du yacht », à bord duquel il est poursuivi par un fou (joué par Victor Spinetti) qui en veut à sa bague. Il plonge pour lui échapper. Plusieurs personnes guettaient, au cas où il y aurait des requins dans la zone. Lorsqu’il remonte sur le pont, le batteur avoue à Dick Lester…….qu’il ne savait pas nager !

Alors qu’ils tournent près de vieux baraquements militaires, qu’ils croyaient inhabités, les Beatles découvrent avec horreur des enfants handicapés et des personnes âgées vivant dans des conditions infectes. Invités par la suite à une réception donnée à Nassau par le gouverneur général, les quatres musiciens ne mâchent pas leurs mots, en particulier John. C’est suite à cet incident que les Beatles rentrent à Londres le 11/03/1965.

Deux jours plus tard, ils s’envolent vers Salzburg, dans les Alpes autrichiennes.

George : « Après, l’Autriche. Première et dernière fois que j’ai chaussé des skis. C’était vraiment dangereux (…) On nous a conduits au sommet d’une montagne, on nous a donné des chaussures, on nous a remis nos skis et on nous a dit : « Gamelle, prise un. Moteur ! » Et on nous a poussés. »

Pour relancer l’intérêt des Fab’4 pour le tournage, Shenson engage Gloria Maak (Miss Autriche 1964) pour interpréter leur professeur de ski. En compensation, Cynthia Lennon, Patti Boyd et Maureen Starkey ont leur propre moniteur, qui a pour nom Andy Krallinger.

Le Saviez-vous ?

Sur le plateau se trouvent également quatre doublures pour les scènes acrobatiques. Les cascadeurs sont si convaincants qu’ils sont souvent poursuivis par des chasseurs d’autographes. Maureen s’approche de Ringo par derrière, l’enlace et l’embrasse sur la joue, avant de s’apercevoir qu’il s’agit en fait…….de sa doublure !
Les montages de gags s’accumulent. Les Beatles sont filmés alors qu’ils chutent dans la neige, tandis que le scénario nécessite que Mal Evans émerge d’un trou dans la glace, en slip, demandant la direction de l’Angleterre.

Les soirs, à l’hôtel « L’Edelweiss » (Obertauern), ils organisent leurs propres distractions : une série de bœufs, avec un trio de jazz composé de John à la guitare, Paul à la batterie et Dick Lester au piano. De temps à autre, ils écoutent également les nouveaux morceaux qu’ils ont commencé à enregistrer.


Le 24 mars, le tournage est transféré en Angleterre, aux studios de Twickenham, avec quelques passages à Salisbury Plain. Là, les Beatles s’adonnent également à quelques distractions.

George : « Nous attendions de tourner une scène dans un restaurant où les mecs sont jetés dans la soupe, et il y avait quelques musiciens indiens qui jouaient à l’arrière-plan. Je me rappelle avoir pris un sitar et essayer de le tenir en pensant : « Quelle drôle de sonorité ! » Puis, un peu plus tard, j’ai entendu parler de Ravi Shankar. »

Entre deux scéances de tournage, Paul improvise « Scrambled Eggs », qui deviendra la future « Yesterday ». C’est aussi pendant cette période que nos Fab’4 pensent sérieusement à écrir une chanson-titre, tandis que le film est pour le moment baptisé « Beatles Two ». Et c’est leur réaction lors de leur rencontre avec l’un de leurs partenaires, Raja, le célèbre tigre mangeur d’hommes, qui leur donnera l’idée définitive : « Help ! »

C’est John qui se met à écrire le texte de la future chanson, laquelle restera sa favorite de toute l’histoire des Beatles. Les paroles reflètent la frustration du guitariste, qui acceptait mal les exigences d’une célébrité mondiale.

John : « Ce phénomène Beatles allait au-delà de tout entendement. Je mangeais et je buvais comme un porc, dégouté de moi-même et, dans mon subconscient, j’appelais au secours. Ce fut ma période Elvis gros. »

La mélodie fut composée par le duo Lennon-McCartney, dans la propriété de Beatle aux lunettes rondes : sa maison de Weybridge. Nous sommes en avril 1965. Plusieurs prises eurent lieu, uniquement au piano puis à la guitare, avant que Ringo ne crée le rythme du morceau.

Bien entendu, la chanson sert de générique, une fausse séquence d’archives en noir et blanc étant projetée sur un écran installé dans le temple d’une secte religieuse.

Le tournage s’achève le 15/05/1965, tandis que George commence à s’imprégner de culture indienne.

La première a lieu le 29/07/1965, à Leicester Square, Londres. La presse est très partagée et les Beatles furent déçus du résultat.

George : « Lorsqu’on a vu le film, on a été consternés. Ce n’était qu’une bande dessinée en mouvement, une série d’évènements. »

John : « Cela ne correspondait pas à ce que nous voulions. Le film ne nous a pas nui, mais nous n’avions aucun contrôle dessus. »

« Help ! » marque le début d’une période fertile en matière de composition, et annonce la naissance du psychédélisme, amorcée par « Rubber Soul », puis déclenchée véritablement avec « Revolver », mais cela, c’est une autre histoire…….






Mumu, Sébastien, Coyote & Krystel
février 2005 © lucyintheweb


sondage

Le Beatles Day de Mons :
J'y vais tous les ans
Occasionnellement
Déja fait une fois
J'ai très envie
Pourquoi pas...
M'intéresse pas

résultat
anciens sondages

infos du site
Recevez toutes les nouveautés du site

les actus
Recevez les actualités par email

partenaires


Hit-Parade


publicité




© lucy in the web - 1998-2008
Déclaration CNIL n°1043671