lucy in the web - la passion des Beatles
|
plan du site | contact

interactif

recherche

à l'honneur

La chanson de Lucy, par Mumu

DVD Plastic Ono Band
DVD Plastic Ono Band

Bonsoir Paris, les Beatles et la presse française
Bonsoir Paris, les Beatles et la presse française


Les films de Richard Lester, particulièrement ceux mettant en scène les Beatles, ont brillamment découvert l'essence du mouvement de la jeunesse, donnant aux tournages des portraits définitifs de leur ère.
Lucy vous présente le personnage et ses films avec les Beatles.

Richard Lester (1932)

Durant la première moitié des années 60, Richard, alors réalisateur, capture l'esprit de son époque avec une énergie et une vitalité extrêmement sophistiquées, offrant une vision humoristique inégalée par ses contemporains.

Ses films, particulièrement ceux mettant en scène les Beatles, ont brillamment découvert l'essence du mouvement de la jeunesse, donnant aux tournages des portraits définitifs de leur ère.

Richard est né le 19 novembre 1932 à Philadelphie, Pennsylvanie (USA). Après avoir obtenu son bac à l'âge de 15 ans. Il étudie la psychologie clinique à l'Université de Pennsylvanie, mais il s'intéresse rapidement à la musique et au cinéma. Après avoir obtenu son diplôme en 1951, il part travailler comme machiniste à la chaîne de télévision de Philadelphie, WCAU.

Durant les années qui suivent, Richard monte en grade jusqu'au poste de Réalisateur, gérant plus d'une douzaine d'émissions en direct chaque semaine : actualités, événements sportifs, drames, même des spectacles de marionnettes !

Par la suite, il quitte son poste pour partir découvrir l'Europe, gagnant sa vie comme correspondant pour des petits journaux urbains, il complète ses revenus en jouant du piano dans des cafés à tendance jazz.


En 1955, Richard débarque à Londres où il tente de monter une comédie musicale qu'il avait écrite et composée précédemment. Elle sera mise en scène plus tard pour la télévision britannique, bien que considérée comme étant un véritable échec. Cette pièce permet néanmoins à Richard de capter l'attention de l'industrie télévisuelle.

Au début de l'année 56, il réalise " Downbeat ", la première série sur le jazz diffusée sur une chaîne de télévision grand public. La même année, il monte aussi " The Dick Lester Show ", un programme de variétés, genre de comédie surréaliste modelé d'après la légendaire série radio, " Goon Show ", qui s'achève après seulement un épisode. Il impressionne tout de même Peter Sellers qui décide de reformer avec lui la troupe pour une série spéciale, ce qui donne un petit coup de pouce à sa carrière.

A la fin de cette série, Richard rejoint la série policière " Mark Sabre ", partageant la réalisation avec Joseph Losey. En 1958, il travaille brièvement pour la société canadienne " Canadian Broadcasting Corporation ".

Retournant en Angleterre en 1960, il monte son premier film de 11 minutes, réalisé dans un style expérimental et humoristique mettant en scène Peter Sellers, Spike Milligan et Léo McKern.

Le travail particulièrement soigné du film qu'il sort en 1962, " It's Trad, Dad ! ", est alors sujet à une nomination aux Oscars. Puis s'enchaînent les nombreuses réalisations jusqu'au tournage en 1963 du film " The Mouse on the Moon ", qui est la suite d'une comédie burlesque, "The Mouse that Roared" (La Souris qui Rugissait) qui mettait en scène un petit duché imaginaire entrant en guerre avec… les Etats-Unis. Cette satire de la Guerre froide(…) permet à Richard d'approcher de très nombreux artistes afin de réaliser un film pour promouvoir un groupe de Liverpool qui s'apprête à sortir son premier album aux Etats-Unis, les Beatles.

Au milieu de la pré-production, le groupe devient un vrai phénomène international sans précédent, mais Richard garde la tête froide et se concentre sur le rythme et l'image qu'il veut donner au film, très inspirés de ses expérimentations précédentes. Il révèle au passage une face cachée des Beatles, prisonniers de leur propre popularité.

Diffusé en plein boom de la Beatlemania en 1964, le film "A Hard Day's Night" devient rapidement un standard des films musicaux. Un an plus tard, Lester et les Beatles se retrouvent sur le tournage de " Help ! ", quelques semaines seulement avant la sortie du film de Richard " The Knack … and How To Get It ".


Ce film qui évoque la vie d'un jeune homme hédoniste remporte la Palme d'Or du Festival de Cannes.

Lester se rend alors en Espagne afin de tourner une adaptation du succès " A Funny Thing Happened on The Way To The Forum " (Le Forum en Folie), qui marquera la dernière apparition à l'écran de Buster Keaton. Un an plus tard, il subit sa première critique sur le film " How I Won The War " (film où l'on retrouve John Lennon), satire noire profondément personnelle devenu plus tard un film culte.

En 1968, " Petulia " marque la transition dans un tournage qui devient de plus en plus adulte. L'action se déroule entièrement à San Francisco, en pleine vague hippie. Cependant, quand le film post-apocalyptique et surréaliste " The Bed-Sitting Room " sort en 1969, c'est un nouvel échec comparé aux succès de son travail précédent.

Cherchant en vain le moyen d'acquérir de nouveaux financements pour ses projets, il passe les années suivantes de sa vie a réaliser de nombreuses publicités, la majorité pour la télévision italienne.

En 1973, les Producteurs Alexander et Ilya Salkind invitent Richard a réaliser un remake des " Trois Mousquetaires " (The Three Musketeers). Durant le tournage, le projet prend tant d'ampleur que le film doit être divisé en deux parties. La première sort en 1974 et la seconde, " Les Quatre Mousquetaires ", sort en 1975.

Entre ces deux sorties, Richard réalise le dramatique " Juggernaut " en 1974, film à suspense. Les films qui suivent sont alors beaucoup critiqués : " The Ritz " (une adaptation de Terrence McNally), ainsi que " Butch and Sundance : The Early Days ".

Mais Richard Lester réalise tout de même deux chefs-d'œuvre, en 1976, avec le film " Robin and Marian " (La Rose et la Flèche) mettant en scène Sean Connery et Audrey Hepburn et en 1979 avec "Cuba" où l'on retrouve de nouveau Sean Connery.

En 1980, Richard tourne " Superman II ". Il remplace au pied levé le réalisateur du précédent opus, Richard Donner, et ajoute à la série une nette touche de fantaisie. Trois ans plus tard vient le tour du troisième volet de l'homme aux supers pouvoirs, dont on remarque la séquence d'ouverture, véritable festival de gags en hommage au "slapstick".

En 1984, on lui propose de reprendre la réalisation d'une comédie intitulée "Finders Keepers" (Cash-cash), dans laquelle il donne libre court à sa fantaisie et rend à nouveau hommage au burlesque. Il se retire quelques années et refait surface en 1988 avec " Le Retour des Mousquetaires " (The Return Of The Musketeers) et " Get Back ", une chronique de la dernière tournée de l'ex-Beatles, Paul McCartney.

Il réalisera également un film de montage sur la carrière des Beatles, diffusé avant les concerts de la tournée de Paul McCartney "New World tour" en 1992-93.


En tant que réalisateur et/ou producteur, Richard a travaillé sur les films suivants :

  • Get Back (1991)
  • Return of the Musketeers (1989)
  • Finders, Keepers (1984)
  • Superman III (1983)
  • Superman II (1981)
  • Cuba (1979)
  • Butch and Sundance: The Early Days (1979)
  • Robin and Marian (1976)
  • The Four Musketeers (1975)
  • The Three Musketeers (1974)
  • Juggernaut (1974)
  • The Bed Sitting Room (1969)
  • Petulia (1968)
  • How I Won the War (1967)
  • A Funny Thing Happened on the Way to the Forum (1966)
  • Help! (1965)
  • The Knack, and How to Get It (1965)
  • A Hard Day's Night (1964)
  • The Mouse on the Moon (1963)




  • Mumu, Sébastien, Coyote & Krystel
    février 2005 © lucyintheweb


    sondage

    Le Beatles Day de Mons :
    J'y vais tous les ans
    Occasionnellement
    Déja fait une fois
    J'ai très envie
    Pourquoi pas...
    M'intéresse pas

    résultat
    anciens sondages

    infos du site
    Recevez toutes les nouveautés du site

    les actus
    Recevez les actualités par email

    partenaires


    Hit-Parade


    publicité




    © lucy in the web - 1998-2008
    Déclaration CNIL n°1043671