lucy in the web - la passion des Beatles
|
plan du site | contact

interactif

recherche

à l'honneur

La chanson de Lucy, par Mumu

DVD Plastic Ono Band
DVD Plastic Ono Band

Bonsoir Paris, les Beatles et la presse française
Bonsoir Paris, les Beatles et la presse française


Lucy vous propose de revenir sur l'une des rumeurs les plus tenaces à propos des Beatles : la mort de Paul. Lancée en 1969 par un DJ américain, cette rumeur se fonde sur une multitude d'indices cachés sur les pochettes d'albums...

Paul McCartney est-il mort depuis 1965 ?
C’est en tout cas ce que prétend une rumeur partie des USA, 3 ans plus tard. En effet le 12/10/69, Russel Gibbs, DJ d’une radio de Detroit, annonce que Paul aurait disparu dans un accident au volant de son Aston Martin. Il serait parti précipitamment des studios d’Abbey Road, roulait assez vite puis, le regard distrait par une jeune femme du nom de Rita, aurait grillé un feu rouge, ce qui aurait engendré une collision. Les trois Beatles survivants, pour cacher la vérité, auraient organisé un concours de sosies gagné par un certain William Campbell. Ce dernier, après plusieurs séances de chirurgie esthétique, aurait pris la place de Paul. Gibbs et bien d’autres, se mirent à chercher des indices sur les pochettes des disques et les textes, afin de faire valoir leur hypothèse.

Pourtant, Sir Paul est toujours de ce monde. Trop occupé à travailler sur son premier album solo, il n’avait pas pris la peine, à l’époque, de démentir cette rumeur, but de ce dossier.


Les indices :

Voici, disque par disque, les indices les plus importants (dans les textes, ils sont trop nombreux pour être détaillés) avec bien sur, leur véritable explication :



BUTCHER COVER

Les Beatles sont en blouse blanche (assimilés à des médecins légistes), et les poupées disloquées font écho à l’accident de Paul (multiples fractures, dents cassées).
La vérité : il s’agissait en réalité d’une couverture de promotion pour le 45 T « Paperback Writer », aucun rapport avec un événement réel.



Sur la pochette qui a remplacé « les bouchers », Paul est représenté dans un coffre (assimilé à un cercueil)

La vérité : La photo a été choisie sur le coup, suite à la censure des « bouchers » et elle a été prise avant 1965.


HELP !

D’après son signe de la main, Paul semble être droitier (or, il est gaucher). De plus, il est le seul dont le visage est masqué par son écharpe.

La vérité : Il s’agit d’une photo du film, tourné en partie dans les Alpes autrichiennes, ce qui explique les costumes, et puis, Paul peut faire plein de choses (cf Abbey Road) de la main droite…

« Yesterday » : « Suddendly, I’m not half the man I used to be ». Paul a écrit ce texte avant le tournage du film, donc pas de rapport.
« I’ve just seen a face » : la chanson semble décrire les causes de l’accident. Pourtant, le texte était écrit début 65, hors, le prétendu accident à eu lieu l’été.

RUBBER SOUL

Le lettrage prend la forme d’un cœur inversé.

La vérité : cette pochette a été conçue avant l’accident.

« In my life » : « some are dead, some are living » : coincidence

REVOLVER

Paul est le seul à être représenté de profil (assimilé à « ne fait plus partie du groupe, car mort), de plus, une de ses têtes est dessinée les yeux fermés.

La vérité : coïncidence, la rumeur a révélé l’imagination débordante de certaines personnes.

SGT PEPPER

On y retrouve des personnalités décèdées de mort violente , ex : Jane Mansfield (accident de voiture), Marilyn Monroe (suicide). Les Beatles ont des instruments dorés, sauf Paul (noir). La main au-dessus de sa tête est assimilée à une auréole (dans la culture celtique, cela signifie « porte ouverte vers le paradis »). De plus, le parterre de fleurs est assimilé à une tombe (les fleurs forment une basse pour…gaucher !). Au verso de la pochette, Paul est le seul à être représenté de dos, enfin, à l’intérieur, on voit Paul porter un écusson avec les lettres O.P.D (Officially Pronounced Dead).

La vérité : La « basse en fleurs » était en réalité une idée du fleuriste qui avait imaginé la décoration de la photo (aucun rapport avec la rumeur), de plus, l’écusson O.P.D a été offert à Paul par un officier de police lors de tournées aux USA : les lettres O.P.D signifient « Ontario Police Department ».

« A day in the life » : « He blew his mind out in a car »

MAGICAL MYSTERY TOUR

Paul est le seul à être habillé en noir (couleur du deuil). Dans le livret (du EP), sur la photo où il porte un uniforme militaire, on remarque la mention « I was » ; page 12-13, la batterie de Ringo porte les mots « love the 3 Beatles » ; page 23, les Beatles sont en costume blanc avec une fleur à la boutonnière : celle de Paul est noire. A l’envers de « Strawberry fields », John chante “I buried Paul” (j’ai enterré Paul). Sans oublier la fin de “All you need is love”: les Beatles chantent “We love you Yeah ! Yeah ! Yeah ! ». S’adressent-ils à Paul ?

La vérité : Comme vous le savez tous, la fin de « All you need is love » donne en réalité : « SHE loves you Yeah ! Yeah ! Yeah ! ». Sur « Strawberry fields », John chante en réalité « Cranberrie Sauce » (expression qu’il employait pour désigner un morceau très « Rock »), cela s’entend très bien sur l’anthology 2, disque 2, No 3. Quant au dessin de couverture, il fait référence à un poème de Lewis Caroll, dont John était passionné (cf Lucy in the sky…).

THE A/K/A WHITE ALBUM

On peut voir la photo de William Campbell, en bas à gauche du poster. Dans « Don’t pass me by », Ringo chante « you were in a car crash ». A l’envers de “Blackbird”, John chante “miss him, miss him” (il nous manqué). De plus, on remarque sur Revolution 9 (à l’envers également), une expression qui sonne comme « Turn me on a dead man ». Surtout, le titre est aussi évocateur : « Revolution 9 » ; 9 lettres dans McCartney.

La vérité : Si on y regarde de près, on voit la cicatrice que Paul a récolté lors d’un accident de mobylette (accident qui n’a rien a voir avec la rumeur, les fait s’étant déroulés bien avant). John ne chante pas « miss him, miss him », mais une phrase qui sonne comme « Mister, mister, let’s have another one ». Pour « Revolution 9 », il s’agit d’une fausse interprètation : la chanson a été enregistrée dans le studio No 9.

YELLOW SUBMARINE

Le sous-marin paraît enterré sous la montagne, de plus, dans « Hey bulldog », on rencontre la phrase « you say you know me but you haven’t got a clue ».

La vérité : coïncidence, mauvaise interprètation. Pour « All you need is love », cf “Magical Mystery Tour”.




ABBEY ROAD C’est le disque qui a convaincu Russel Gibbs, par son avalanche d’indices : Paul tient sa cigarette de la main droite ! La voiture garée à gauche est assimilée à un corbillard, près d’un cimetière. Paul est pied nus, encadré par ses compères (la mythologie égyptienne voulait que les amis du défunt l’accompagne dans son dernier voyage. Sans compter que les morts sont enterrés pieds nus, en Inde). John en blanc, est assimilé à Dieu ; George en Jean, à un fossoyeur et Ringo en noir, à un croque-mort. La plaque de la voiture indique : « LMW 28 IF » soit Living-MacCartney-Was 28 years old-If. Au verso du (du LP seulement), on remarque 8 disques à coté du mot Beatles : reliés, ils forment un 3 (3 Beatles restants)

Dans « Come together », John chante « One and one and one is three », tout comme dans Maxwell’s Sliver Hammer », le marteau de Mal Evans semble reproduire le bruit d’un choc violent.

La vérité : Tout d’abord, Paul a l’habitude de tenir occasionnellement sa cigarette en main droite. Ensuite, tous ceux qui connaissent Abbey Road savent qu’à gauche de la photo, se trouve non pas un cimetière mais une maison de retraite. La voiture appartient en réalité à la police. Il faisait une chaleur caniculaire à Londres, le jour de la prise de vue, c’est pourquoi Paul était pieds nus. De plus, il n’avait pas 28 mais 27 ans en1969.


Certaines personnes ont également émis des doutes sur le fait que la cicatrice est masquée par le micro sur la photo de « Let it be » : mauvaise interprétation.


Les faits :

- L'accident de mobylette a réellement eu lieu. Le 26/12/65, alors que Paul se rendait chez son père, un dérapage accidentel (près de Cheshire) lui fit faire un vol plané qui lui a laissé une cicatrice sur la lèvre, et abimé plusieurs dents. C'est sans doute cet évènement qui a inspiré le célèbre canular.

- Selon Russell Gibbs, Paul se serait tué au volant de son Aston Martin le 09/11/66.
La vérité sur cette date : Comme par hasard, c'est à ce moment que Paul est devenu le plus important des 4 Beatles. C'est la date à partir de laquelle Paul a remplacé John (qui a rencontré Yoko Ono ce même jour) à la tête du groupe.

- Le sosie William Campbell, a en réalité été inventé par Fred Labour (fort de savoir que Paul en vacances en Ecosse, faisait ses courses à CAMPBELL TOWN), chroniqueur au magazine US « Tiger Beat ».

- Dans « How do you sleep », John prouve qu’il ne s’agissait que d’une rumeur : « Those freaks were right when they say you was dead”. Paul s’est ensuite amusé à parodier la pochette « Abbey Road », pour son disque « Paul is live » (la plaque de la voiture indique « 51 IS » ; lorsqu’il en a parlé, au JT de 20H, en France, il a rajouté, exprès « in a new world »). Comme il le dira lui-même : « C’est bien moi, Sir Paul McCartney, j’ai 51 ans ! »


Les conséquences médiatiques du canular :

Il va sans dire que ce canular n’est pas le premier du genre. Il figure en tout cas parmi les plus importants de la seconde partie du XX e Siècle. Au départ, tous les médias étaient restés prudents, au point de vouloir cacher cette pseudo-information. Russell Gibbs a été le premier a déclarer qu’il possédait la preuve de l’accident mortel de Paul. Depuis, la rumeur s’est mise à prendre d’énormes proportions. « Life Magazine » a même organisé une « chasse aux indices », de nombreux journalistes se sont mis à comparer des photos de Paul avant et après 1966, espèrent trouver des discordances.

Dans le monde des disquaires, l’événement a également eu ses conséquences : tous les albums sortis à partir de 1966 ont vu leurs ventes réaugmenter de plus belle, plus particulièrement « Abbey Road », qui aurait fourni à Gibbs, les preuves qu’il attendait.

Enfin, n’oublions pas le livre d’Andrew Reeves, intitulé « Turn me on a dead man », qui relate l’intégralité de l’histoire. A noter également le 45 T de Terry Knight , titré « Saint Paul », sorti en 1968 (Knight avait proposé à Paul de la chanter). Certains y ont émis des hypothèses qui ont sans doute contribué à étendre la rumeur…


Sébastien
© LucyInTheWeb - Décembre 2001



sondage

Le Beatles Day de Mons :
J'y vais tous les ans
Occasionnellement
Déja fait une fois
J'ai très envie
Pourquoi pas...
M'intéresse pas

résultat
anciens sondages

infos du site
Recevez toutes les nouveautés du site

les actus
Recevez les actualités par email

partenaires


Hit-Parade


publicité




© lucy in the web - 1998-2008
Déclaration CNIL n°1043671