|
plan du site | contact


Bienvenue sur cet espace de discussion ouvert à tous !
La passion des Beatles nous réunit,
mais tous les sujets sont possibles, vous avez la parole
et nous sommes là pour répondre à vos questions !

Se connecter pour vérifier ses messages privés Messagerie privée Rechercher Rechercher
Liste des Membres Liste des Membres Profil Profil
Connexion Connexion FAQ FAQ
S'enregistrer S'enregistrer (nouvel utilisateur)
  Lucy in the web Index du Forum > L'actualité des Beatles
  Sujet : John - Les lettres de...
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Filou



Inscrit le: 14 Nov 2002
Messages: 22850
Localisation: Paname

MessagePosté le: Mar Jan 29, 2013 9:15 pm    Sujet du message: John - Les lettres de... Répondre en citant



De ses premières lettres d'amours à son dernier autographe, en passant par sa correspondance glaciale avec Paul McCartney, le journaliste anglais Hunter Davies a compilé dans "Les Lettres de John Lennon", 285 documents qui offrent un nouvel éclairage sur la vie du chanteur assassiné en décembre 1980. L'ouvrage est paru aux éditions JC Lattès, le 9 octobre 2012, jour anniversaire du chanteur disparu qui aurait fêté ses 72 ans.

John Lennon n'a pas connu les mails, les SMS, les tweets et autres messageries Facebook. Pour communiquer, le Beatles décrochait son téléphone ou prenait son stylo. John Lennon adorait écrire. A sa famille, à ses amis, à ses fans, aux journalistes... et même au pressing ! Parfois, il illustrait ses lettres, ses cartes postales ou ses listes de courses d'un dessin ou d'un petit gribouillage. Certains écrits sont drôles ou poignants, d'autres, comme ses échanges épistolaires avec Paul McCartney en 1970-1971, sont simplement glaciaux.

Hunter Davies, l'auteur de la seule biographie officielle des quatre garçons dans le vent, a réalisé un travail titanesque. Le journaliste a sélectionné et compilé 285 documents rédigés par John Lennon durant sa vie. Replacées dans leur contexte, ces "Lettres de John Lennon" (Editions JC Lattès) sont autant de témoignages inédits sur la personnalité du talentueux musicien. On pénètre ainsi dans l'intimité du jeune John Winston Lennon, élevé très tôt par sa tante Mimi, de l'amoureux de Cynthia Powell, de l'auteur d'Imagine, du militant pacifiste, du camarade d'Huey Newton, cofondateur des Black Panther...




Le premier document date de 1951. John a 10 ans et il remercie sa tante Harriet pour les cadeaux reçus à Noël. Le dernier texte manuscrit de John Lennon est un autographe signé pour la standardiste du Record Plant Studio de New York, le 8 décembre 1980. Quelques heures plus tôt, il avait dédicacé son album Double Fantasy à un certain Mark Chapman...

Lennon et Cynthia — A Noël 1958, John Lennon écrit une carte de 8 pages à Cynthia Powell qu'il épousera discrètement en 1962, et avec laquelle il aura son premier fils Julian. «Chère Cynthia, Tout ce que je veux pour Noël, c'est toi, alors réponds-moi vite. Je t'aime. Je suis heureux que tu m'aimes ou alors je vais devenir cinglé, mais ça je le suis déjà».

Devenir riche — En juin 1961, dans une biographie sommaire rédigée pour un journaliste, il raconte la genèse des Beatles et confesse avoir pour seule ambition de "devenir riche". Dix ans plus tard, répondant à un fan qui lui demande si devenir riche n'empêche pas d'écrire des chansons puissantes, Lennon écrit : «Etre riche ne change pas sa façon de penser. La seule différence notable c'est qu'on n'a plus à s'en faire à propos d'argent - de nourriture - d'avoir un toit - etc., mais, en ce qui concerne le reste - les émotions - les relations avec les autres - elles restent les mêmes pour tout le monde».

Lennon et sa famille — Le 1er septembre 1967, il envoie une lettre à Alfred Lennon, son père qu'il n'a pas vu depuis l'âge de 6 ans. «Je pense que cela va faire un peu bizarre de se rencontrer la première fois, comme les suivantes, mais j'ai bon espoir que ça se passe bien». John Lennon écrit beaucoup à ses demi-soeurs, ses cousins et ses tantes. En janvier 1979, il écrit une de ses plus longues lettres à sa cousine Liela. Il ressent une profonde nostalgie pour ses noëls d'enfant passés en Ecosse chez sa tante Mater, et les 45 tours diffusés ces soirs là.

Lennon à Paris — En octobre 1961, John Lennon séjourne à Paris avec Paul McCartney. Il envoie une carte postale à une amie : «Paris est super, mais sans 'rock' (enfin juste quelques "groupes rock français merdiques")».




Lennon et ses chansons — Dans ses courriers, John Lennon parle rarement de sa façon d'écrire. A Stephen Bailey, alors en seconde au lycée Quarry Bank, dix ans après lui, John Lennon explique que "ses écrits sont d'abord conçu pour rigoler, mettre en joie". En 1974, un aspirant journaliste lui adresse un questionnaire à propos de Buddy Holly et ses Crickets en vue d'un article pour Rolling Stone.
Les réponses de John sont intéressantes : «[...] je dois dire que les disques ont eu un effet formidable sur nous tous. Chaque groupe voulait être les Crickets. Et notre nom de Beatles vient de là, directement avec le double sens sur les insectes; mais aussi, cela a eu un impact phénoménal sur notre façon d'écrire des chansons, surtout Paul et moi».

Lennon et son Order of the British Empire — En novembre 1969, John Lennon écrit au Premier ministre Harold Winston et à la reine pour les informer qu'il renvoie son Order of the British Empire (MBE, équivalent de la légion d'honneur). «Votre majesté, je vous retourne mon MBE en signe de protestation contre l'engagement de la Grande-Bretagne dans l'affaire Biafra-Nigeria, contre l'aide apportée par notre pays aux Américains au Vietnam, et contre le fait que Cold Turkey [NDLR : son dernier single] soit en train de sombrer dans les charts».



Lennon et les Beatles — A partir de 1970, les relations avec Paul McCartney se détériorent. En 1971, il répond, à la machine à écrire, à une précédente missive de Linda, la femme de Paul McCartney. John Lennon furieux s'adresse au couple dans une lettre dont on ne sait pas s'il s'agit d'un brouillon et si elle a effectivement été envoyée.
« Tu crois pouvoir affirmer que l'art d'aujourd'hui est apparu à cause des Beatles ? - Je ne te crois pas aussi cinglé - Paul - tu penses vraiment cela ? Quant tu arrêteras de le croire, tu te réveilleras ! N'avons-nous pas toujours dit que nous étions une partie du mouvement - et non pas le mouvement dans son entier ? Bien sûr que nous avons changé le monde - mais il serait temps d'essayer de le suivre - Descends de ton disque d'or et apprends à voler !»

La lettre se termine avec ses mots : «alors, malgré tout, je vous aime tous les deux. De la part de nous deux [NDLR: John Lennon et Yoko Ono].» John Lennon semble toutefois regretter ce qui se passe avec Paul. Sur une carte postale, il écrit à Ringo : «Qui aurait pu croire que les choses tourneraient ainsi...». Lennon ouvre de temps à autres une porte pour sortir du conflit qui l'oppose à Paul. Comme il aimait le répéter : «La guerre est finie, si vous le voulez»


http://swissbeatlesfanclub-boutique.blogspot.fr/2013/01/john-lennon-les-lettres-de-john-lennon.html

Filou
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
fifi



Inscrit le: 04 Fév 2006
Messages: 1278
Localisation: quelque part là-dessus

MessagePosté le: Mar Jan 29, 2013 10:47 pm    Sujet du message: Re: John - Les lettres de... Répondre en citant

Je me suis procuré l'ouvrage il y a une quinzaine, c'est un travail notable, de longue haleine je suppose, plein d'obstacles, chargé de négociations, de médiations, et le résultat fait montre de moulte facettes étonnantes de Lennon, pas toujours fidèles aux croyances, pour ma part j'ai remarqué qu'on le disait distant de sa famille, plus ou moins obnubilé par son Idylle avec Maman...est-ce que ces marques d'intérêts pour sa famille, distante, en font un principe, je l'ignore car il doit manquer 90/% des dites correspondances, si ce n'est plus, surtout que d'aucuns les considèrent comme des trésors ou sont carément perdues...

Les correspondances font-elles l'homme ou l'inverse? Je crois que je m'y retrouve pas complétement parce que c'est de l'homme qu'on parle quasi uniquement et pas de musique...ce qui est mon truc. Aller dans l'intimité de nos héros n'est pas une chose que je recherche personnellement, et je le prends avec une certaine distance, même si le personnage s'en trouve dans l'ensemble grandi. C'est pour moi un type presque comme les autres notamment à la maison, avec ses qualités-défauts, passant du rock galérien aux réminiscences obligatoires après des années de purgatoire et d'assoupissement, en passant par le phénomène Beatle qu'il incarnait indissociablement.

Alors je dirais qu'il faut prendre ce recueil avec un minimum de recul , car beaucoup de choses qu'on lit ne cadrent pas trop avec le personnage, et n'oublions pas que le truc est supervisé par Maman qui avait droit de vie ou de mort sur tout ce qui pouvait achalander le bouquin...Mais à dire vrai je ne sais pas...C'est la première a être remerciée.

Voilà pour l'instant je n'arrive pas trop à trouver une direction dans ce livre, et ça me désarçonne un pneu...il n'y a pas de réel fil conducteur à mon sens, et je pense que c'est du aux limites des ressources, peut-être de certains choix?

Je crois qu'il faut se persuader que ce n'est pas un bouquin ordinaire, pas comme une biographie bien lissée ou au contraire provocatrice, c'est un ciment qui vient soit sceller les dogmes ou effriter nos convictions...avec un classement disons assez inhabituel même s'il y a un effet chronologique certain. et ça n'aborde pas beaucoup de....références musicales....donc quelque part ça ne me parle pas complétement. C'est un bouquin différent de ce qu'on connait, et il faut le prendre comme tel.

Ce qui est marrant c'est le recours à la machine à écrire, quasi constant, quand j'étais môme c'était un rêve que d'en avoir une et j'aimais aller chez les gens qui en possédaient , et je tapais tout et n'importe quoi...il doit y avoir un côté fascinant à écrire avec ça lorsqu'on a notamment une écriture " de cochon" et dans un tout autre registre pour avoir fait un mémoire la moindre faute faisait que la page était à recommencer pour être "digne" , en tous cas ça me fait particulièrement marrer de découvrir ça! J'ai l'impression que le fait de se servir d'un outil de communication palliatif incite à la fonction?

Mais bon, pour le principal, comment ignorer ce boulot et ces témoignages?

Chacun y trouvera son compte de toute façon, les résultats sont quand même à hauteur des obstacles, disons-le!
_________________
Take a look on the BEATOONS, very good job, some parodies are funny a lot, covers sometimes are awesome, especially "All things must pass"...


Dernière édition par fifi le Mer Jan 30, 2013 1:58 pm; édité 2 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Don Everly



Inscrit le: 03 Déc 2005
Messages: 3099
Localisation: Kentucky

MessagePosté le: Mer Jan 30, 2013 1:53 pm    Sujet du message: Répondre en citant

J'ai le bouquin, va quand même falloir que je le lise... Laughing
_________________
"Hey bird dog get away from my chick
Hey bird dog better get away quick
Bird dog you better find
A chicky little of your own ! "
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Filou



Inscrit le: 14 Nov 2002
Messages: 22850
Localisation: Paname

MessagePosté le: Ven Mar 21, 2014 2:25 pm    Sujet du message: Re: John - Les lettres de... Répondre en citant

C'est pas moi, c'est eux ! Laughing

Une lettre rigolote de John mise aux enchères dernièrement.

Elle est adressée à Phil Spector.

Le titre : Une histoire de pipi Laughing




A MATTER OF PEE

Phil -

See ye around 12:30 !

Should you not yet know
it was Harry and Keith
who pissed on the console !

We left à 11:30 ...

Jerry now wants to
evict us or that's what
Capitol tell us. Anyway
tell him to bill Capitol
for the damage if any ?

I can't be expected
to mind adult rock stars
nor can May. Besides
she works for me, not A+M!

I'm about to piss off to
Record Plant because of
this crap!

John



On apprend donc que Harry Nilsson et Keith Moon ont encore foutu le souc.
Ils auraient pissé sur la console du studio d'enregistrement. Rien que ça Laughing

Eux font pipi et c'est John qui trinque Wink

John est furax parce que Capitol les menace de les virer du studio.
Pour une fois que c'est pas à cause de Phil Spector Laughing

L'article de RollingStone qui explique :


John Lennon's Pee-Themed Letter to Phil Spector Up for Auction

Former Beatle accuses Keith Moon and Harry Nilsson of urinating in a recording studio



A letter that John Lennon wrote to producer Phil Spector blaming Who drummer Keith Moon and singer-songwriter Harry Nilsson for urinating on a recording console in the Seventies is going up for auction, via auctioneer Cooper Owen. Dubbed by Lennon "A Matter of Pee," the missive minces no words and shows the former Beatle's discontent with the recording studio that wanted to evict him over the matter.

It dates back to Lennon's "Lost Weekend" period, a debaucherous 18-month stretch in which he dated his assistant May Pang outside of his marriage with Yoko Ono, worked on 1975's "oldies" record Rock 'n' Roll and produced Nilsson's Pussy Cats record. Moon contributed drums and percussion to the latter record, which came out in 1974.

Lennon later gifted the letter to guitarist Jesse Ed Davis, who played on Pussy Cats, Rock 'n' Roll and Lennon's 1974 album Walls and Bridges. It is expected to fetch between $6,600 and $9,900 in the auction.

Davis' estate is also auctioning four drawings Lennon gave him, including a self-portrait with Davis and Nilsson...



... a sumi ink depiction of a man meditating, a landscape full of mountains and puns and an acetate sleeve with a UFO, a yin-yang and the words "Walls and Bridges." Bidding begins on all auctions on Friday.

Both Moon and Nilsson had reputations for riotous behavior. Moon was known for blowing up toilets and imbibing copious substances (after accidentally ingesting an elephant tranquilizer once, the drummer spent days paralyzed), and Nilsson was once ejected from the L.A. club the Troubadour with Lennon after the pair heckled the Smothers Brothers.
In 1978, Moon died in Nilsson's flat after overdosing on a sedative his doctor had prescribed him to prevent seizures induced by withdrawing from alcohol.

"This is a rare note in that it mentions so many well-known figures from the era," auctioneer Louis Cooper told the U.K.'s Telegraph. "Clearly John Lennon is blaming Keith and Harry for urinating on the console, and he also announces that he is about to leave the record company. . . In it, he seems quite irritated."


L'article de RollingStone

Le Lost Weekend et la Pipi Story

Filou
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
Page 1 sur 1


 
Sauter vers:  



Powered by phpBB © phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com