|
plan du site | contact


Bienvenue sur cet espace de discussion ouvert à tous !
La passion des Beatles nous réunit,
mais tous les sujets sont possibles, vous avez la parole
et nous sommes là pour répondre à vos questions !

Se connecter pour vérifier ses messages privés Messagerie privée Rechercher Rechercher
Liste des Membres Liste des Membres Profil Profil
Connexion Connexion FAQ FAQ
S'enregistrer S'enregistrer (nouvel utilisateur)
  Lucy in the web Index du Forum > Vie & Oeuvre
  Sujet : Les coulisses de Pussy Cats : dossier de RollingStone Mag
Aller à la page 1, 2, 3  Suivante
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Filou



Inscrit le: 14 Nov 2002
Messages: 22821
Localisation: Paname

MessagePosté le: Lun Fév 16, 2009 8:44 pm    Sujet du message: Les coulisses de Pussy Cats : dossier de RollingStone Mag Répondre en citant

"Sur le papier, cela aurait pu être l'un des grands albums des seventies : le crooner pop le plus "hype" de la planète, produit par un ex-beatle, avec un casting de musiciens de rêve. Fiasco grandiose, Pussy Cats demeure l'un de ces disques cultes que seuls quelques fêlés emporteraient sur une île déserte. Ladies & gentlemen, le grand Harry Nilsson..."

Voila comment commence ce mini-dossier qui a été, à ma grand surprise, consacré à cet album si mystérieux et souvent incompris qui est né du fameux Lost Week-End de John et qui est traîté dans le dernier numéro de RollingStone (n°07 de février).
Et c'est un des "grands fêlés" en question qui vous l'annonce en avant-première.

Comme ça, tout tout tout, vous saurez tout sur le Pussy Wink



Bien-sûr, on y parle de John, de ses frasques nocturnes avec son pote Harry au moins autant imbibé que lui, des sessions tumultueuses du printemps 74 dont la mythique session où Paul participa pour la première et dernière fois aux côtés de John depuis la fin de qui vous savez, mais aussi de Stevie Wonder, Harry Nilsson et une brochette de musiciens qui en ferait rêver plus d'un.
Et quand on sait que Ringo, Keith Moon, Jim Keltner, Klaus Voorman, Jesse Ed Davis, Bobby Keys... participèrent à la plupart de ces sessions, cela rajoute du piment à cette sauce qui ne peut que prendre. Enfin selon toute logique.



Tout cela venant d'un geste de John envers son ami Harry pour qui il accepte de produire son prochain album entre la fin de l'enregistrement de l'album Rock & Roll (qui reste en stand-by après le disparition mystérieuse de Phil Spector) et le début des sessions de Walls & Bridges où tous ces musiciens s'étaient donné rendez-vous dans les Burbank Studios de New York.
Mais c'était sans compter sur la série de difficultés rencontrées tout au long de cette collaboration inespérée et de laquelle on pouvait s'attendre au meilleur des deux hommes.

A commencer par une rupture de cordes vocales d'Harry qui aurait du suspendre le projet de quelques mois, le temps de s'arranger. Mais où Harry lui-même insista pour continuer coût que coût, même s'il crachait du sang en cachette de John, de peur que le projet tombe définitivement dans les oubliettes. Tout cela au risque de perdre sa voix à tout jamais.
A-t-il eu raison d'insister à ce prix-là ? John aux manettes avec la casquette de producteur, est-il en mesure de faire ressortir de ce qu'il y a de meilleur de toutes ces sessions ? Chacun est-il en état de mener le projet à terme à la mesure de leur réputation respective et du beau monde investi dans cette aventure ?

Harry en reste "sans voix". John dans un rôle dans lequel il n'excelle pas forcément. Quoiqu'il en soit, RCA joue à fond sur le nom de l'ex-beatle pour pour mener une campagne sans commune mesure. Ils auraient tort de s'en priver, non ?

Alors qu'en est-il de tout cela ? Je vous laisse découvrir les dessous (ou presque) de cette affaire dans le dernier RollingStone. Après, on pourra en parler si vous voulez Wink



Filou
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Mop Top



Inscrit le: 27 Avr 2008
Messages: 3446

MessagePosté le: Mar Fév 17, 2009 1:23 am    Sujet du message: Répondre en citant

Peut-on faire un parrallèle avec l'album de Keith Moon "Two Sides of the Moon" ?

Tout au moins, pour la liste impressionnante de "musiciens connus" sur ces albums ?
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Bungalow bill



Inscrit le: 19 Mar 2006
Messages: 1772
Localisation: Pas si loin

MessagePosté le: Mar Fév 17, 2009 4:35 am    Sujet du message: Répondre en citant

au fait, l'autre fois, je revoyais un film génial..un film culte s'il en est...
Reservoir Dogs...
Et vous savez ce qu'on entend sur le générique de fin?
Coconut ...ouais.... Wink
_________________
C'est doux, ça s'écoute en bouche, ça coule tout seul et en même temps c'est... aigre-doux.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Filou



Inscrit le: 14 Nov 2002
Messages: 22821
Localisation: Paname

MessagePosté le: Mar Fév 17, 2009 11:23 am    Sujet du message: Re: Les coulisses de Pussy Cats : dossier de RollingStone Ma Répondre en citant

Oui, ça a été aussi une grande surprise de retrouver ce titre dans ce film culte. Mais ça ne m'étonne pas de Tarantino de savoir dénicher des petites perles pour illustrer ses scènes où la musique joue un rôle plus important que ça n'a l'air.

Si ma mémoire est bonne, c'est la scène de l'oreille, non ?
Ou juste dans le générique de fin ?
Je sais plus...

Filou
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Filou



Inscrit le: 14 Nov 2002
Messages: 22821
Localisation: Paname

MessagePosté le: Mar Fév 17, 2009 11:31 am    Sujet du message: Répondre en citant

Mop Top a écrit:
Peut-on faire un parrallèle avec l'album de Keith Moon "Two Sides of the Moon" ?

Tout au moins, pour la liste impressionnante de "musiciens connus" sur ces albums ?

Je ne sais pas si on peut vraiment faire le parallèle mais c'est bien la même bande de zicos qui se retrouvaient régulièrement à cette période pour jouer "entre potes". Ringo, Klaus, Jessie...
Après, faut peut-être faut-il aussi regarder de plus près le nom du producteur qui joue un rôle probablement plus important qu'on ne le pense. C'est un peu lui qui réussira à faire prendre la sauce (ou pas ?) et à faire ressortir un son (ou pas ?) pour en faire un album homogène (ou pas ?)

Filou
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
saunders



Inscrit le: 09 Oct 2005
Messages: 539
Localisation: strawberry fields, 4e arbuste apres le feu, liverpool

MessagePosté le: Mar Fév 17, 2009 3:04 pm    Sujet du message: Répondre en citant

y a surtout qu'il sonne vachement Lennon le Harry par moments!
un Nilsson défaillant vocalement équivaudrait à un Lennon en pleine possession de ses moyens? telle est la question... c'est pour la boutade hein, pas besoin de s'acharner!
n'empêche qu'il sonne 'achement Lennon...

Mais au delà de ça, moi ce que je préfère sur ce disque (parce qu'à force de voir la promo de Filou depuis des années, il a bien fini par en convertir quelques uns à la nilssonomania!) c'est surtout don't forget me, old forgotten soldier et all my life.
Don't forget me est sans doute le morceau le plus réussi à mon humble avis sur ce disque, et celui où l'on retrouve le mieux la voix d'un Harry non agonisant.
En ce qui concerne la production de John... bon... harry a déjà été mieux produit que ça on va dire...

Je ne ferai pas le parallèle avec le disque solo de keith moon qui est plus un délire...
pussy cats n'est peut être pas parfait, mais il a un réel intérêt artistique au delà du côté historique et mythique de cette collaboration.
Je ferai plus le parallèle avec walls and bridges moi, qui n'est pas considéré comme l'apogée de la carrière solo de John, mais qui est mon ptit chouchou!
y a une fraîcheur, une envie de faire de la musique sans se prendre la tête...
c'est la même période en même temps, ceci explique cela!

Puis ce don't forget me, je crois qu'il a été touché par la grâce quand même lors de ces sessions, et pour le coup ça sonne comme du Nilsson ET du Lennon, c'est pas une copie de l'un ou de l'autre, et rien que pour ça je pense qu'Harry a eu raison d'insister oui.
Enfin ça reste mon avis!

J'ai pas encore lu ton article (parce que c'est bien TON article, on est d'accord?) dans rolling stone, mais ça ne saurait tarder Filou!
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Bungalow bill



Inscrit le: 19 Mar 2006
Messages: 1772
Localisation: Pas si loin

MessagePosté le: Mar Fév 17, 2009 7:03 pm    Sujet du message: Re: Old Dirt Road Répondre en citant

LE point noir de cette collaboration qui aurait pu être plus fructueuse à mon avis, c'est justement "Old Dirt Road"....très mauvaise chanson , plate qui dénote du ton énergique et rock 'n roll de Walls and Bridges..
Si seulement ils étaient parvenus à faire une bonne chanson ensemble..leur collaboration aurait pu porter de meilleurs fruits..Hélas...Nilsson n'était pas McCartney....et son univers , à mon avis est aux antipodes de celui des liverpooliens géniaux... Wink
_________________
C'est doux, ça s'écoute en bouche, ça coule tout seul et en même temps c'est... aigre-doux.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Filou



Inscrit le: 14 Nov 2002
Messages: 22821
Localisation: Paname

MessagePosté le: Mar Fév 17, 2009 8:06 pm    Sujet du message: Re: Les coulisses de Pussy Cats : dossier de RollingStone Ma Répondre en citant

En terme de collaboration, on aurait pu faire mieux, je te l'accorde, Bill.
Dans Walls & Bridges, l'esprit d'Harry est probablement plus là qu'il n'y paraît. Mais aussi celui de May Pang, diraient certaines mauvaises langues (non, je n'ai pas dit que Yoko était une bonne langue non-plus... Embarassed )

N'empêche que c'est bel et bien elle qu'on entend whisperer le fameux "John... John..." qui a du être sa muse l'instant de cet album qui demeure, moi aussi, mon petit chouchou, même s'ila ses faiblesses. Comme vous (Saunders compris) il y a kekchoz où John se lâche un peu et commencerait "presque" un nouveau départ (?)

Pour en revenir à Harry, à part les (jolis) choeurs ici et là, et of course dans Old Dirt Road, la collaboration s'arrête là pour cet album. Dans Pussy Cats, par contre, on a bel et bien une collaboration étonnante avec ce Mucho Mungo/Mt Elga qui relève plus de la joke qu'autre chose mais que j'aime bien.
A préciser quil s'agit d'un simple collage de deux songs : la première partie Mucho Mungo étant signé epar John (écrit auparavant mais jamais terminé - on peut en entendre des démos dans l'Antho et autres boots), la seconde Mt Elga par Harry (qui a tenté, tant bien que mal, de rester dans l'esprit). Le tout s'emboite comme ça peut mais ça nous fait au moins un song "commune" de John/Harry qui fait du bien à entendre ...toujours dans l'esprit.

On aurait bien aimé entendre les deux chanter dessus mais bon...

Filou
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Filou



Inscrit le: 14 Nov 2002
Messages: 22821
Localisation: Paname

MessagePosté le: Mar Fév 17, 2009 8:25 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Mop Top a écrit:
Peut-on faire un parrallèle avec l'album de Keith Moon "Two Sides of the Moon" ?

saunders a écrit:
Je ne ferai pas le parallèle avec le disque solo de keith moon qui est plus un délire...
pussy cats n'est peut être pas parfait, mais il a un réel intérêt artistique au delà du côté historique et mythique de cette collaboration.

Je dirais que le parallèle tient surtout que Keith n'a pas perdu sa voix en cours de session puisque... il n'en a jamais vraiment eu Laughing

Comme dit, Saunders, cet album est surtout une énorme joke où le tandem Keith/Ringo s'en donne à coeur joie pour faire ce qu'ils savent le mieux faire : la déconne.
Chacun a sa place derrière les drums mais devant un micro, c'est pas tout à fait ça Cool

A noter que le parallèle ne s'arrête pas là puisque Keith va jusqu'à reprendre un titre de John (Move Over Ms L) mais aussi un vieux hit d'Harry qui n'est pas très connu ici mais qui a eu son petit succès outre-atlantique en fin 60's (Together).
Dans la version DELUXE de l'album sortie y a deux ans, on entend même Harry en chanter un bout pour "guider" Keith. Un extrait très court mais qui est assez rare pour l'apprécier à sa juste valeur. On est en mars 75 ici. En plein Lost Week-End hein ?

Et enfin, histoire de boucler la boucle, ce cher Keith na pas froid aux yeux puisqu'il s'attaque carrément à In My Life (oui celui de Rubber Soul) qu'il personnalise le truc avec une émotion assez touchante finalement.
Bref, si vous voulez écouter tout ça, il faut absolument vous procurer cette version DELUXE pour entendre les alternates et autres prises délirantes entre Keith et Ringo. Comment ça, ils n'étaient pas complètement sobres ?

Filou
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Filou



Inscrit le: 14 Nov 2002
Messages: 22821
Localisation: Paname

MessagePosté le: Mar Fév 17, 2009 8:47 pm    Sujet du message: Répondre en citant

saunders a écrit:
y a surtout qu'il sonne vachement Lennon le Harry par moments!
un Nilsson défaillant vocalement équivaudrait à un Lennon en pleine possession de ses moyens? telle est la question... c'est pour la boutade hein, pas besoin de s'acharner!
n'empêche qu'il sonne 'achement Lennon...

Mais au delà de ça, moi ce que je préfère sur ce disque (parce qu'à force de voir la promo de Filou depuis des années, il a bien fini par en convertir quelques uns à la nilssonomania!) c'est surtout don't forget me, old forgotten soldier et all my life.

Une boutade ? Pas tant que ça, tu sais ?
Y a même des titres comme le Subterranean Homesick Blues de Dylan où certains entendent clairement la voix de John. Ce n'est pas impossible mais je n'y crois pas trop. Mais je te l'accorde, les voix peuvent se rejoindre ...parfois Wink

Pour Don't Forget Me, c'est tout simplement mon titre préféré d'Harry. Il fait partie des rares compos d'Harry (il n'avait pas eu le temps de se lancer dans l'écriture et a donc user et abuser de reprises pour compléter l'album). Mais s'il avait pu en mettre plus de sa signature, l'album aurait p'tet tourné autrement. J'en suis même persuadé.
J'ai une version de Don't Forget Me où on entend juste la voix d'Harry + piano et c'est tout simplement sublime. Elle fait partie de celles où il avait encore sa voix en état.

Dans Old Forget Soldier, il a la voix salement écorchée mais ça passe bien dans le thème de cette song qui parle d'un vieux soldat oublié, désabusé... L'émotion est à son comble. Là encore, il est étonnant de sincérité quand il raconte cette histoire avec tout ce qu'il faut pour visualiser la scène de ce vieil homme qui a l'air de raconter toujours sa même histoire que personne ne veut plus entendre...
Il existe d'autres démos de cette song (où il avait encore sa voix) mais je trouve que ça ne rend pas aussi bien. Pas autant d'émotion, pas aussi poignant. Comme quoi...

Pour All My Life, c'est encore autre chose. Il s'amuse, raconte sa vie à lui, en plaisante évidemment, rit de la mort, tout a... J'aime beaucoup aussi. Ecoutez les paroles, c'est tellement lui.
Il fait un bilan de sa vie mais où il ne regrette rien. Toute sa philosohie de la vie y est résumé. Le parti de prendre la vie du bon côté, de plaisanter de tout, de profiter un maximum de la vie quelque soit le prix à payer. Et on peut dire qu'il l'a chèrement payé.
Oui, chairement, possible aussi.

Filou
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Filou



Inscrit le: 14 Nov 2002
Messages: 22821
Localisation: Paname

MessagePosté le: Mer Fév 18, 2009 5:27 pm    Sujet du message: Pussy Cats avec des morceaux de Walls & Bridges inside Répondre en citant

saunders a écrit:
Je ferai plus le parallèle avec walls and bridges moi, qui n'est pas considéré comme l'apogée de la carrière solo de John, mais qui est mon ptit chouchou!
y a une fraîcheur, une envie de faire de la musique sans se prendre la tête...
c'est la même période en même temps, ceci explique cela!

Ah ben, comment ne pas poursuivre ce parallèle avec l'incroyable arrangement qu'on rerouve dans la reprise de Many Rivers To Cross (de Jimmy Cliff) et qui semble être signé de John (encore que, on ne peut jamais en être vraiment sûr) ?
Un arrangement qui donnera ni plus ni moins naissance à une song à part entière. Et pas n'importe quelle song puisque qu'il s'agit de #9 Dream Shocked

Dans le Many Rivers To Cross de Pussy Cats, c'est un peu noyé dans la prod. C'est un peu le problème général de l'album d'ailleurs. Mais en y prétant bien l'oreille, on reconnaît très bien le thème que John utilisera quelques mois plus tard pour son #9 Dream. Et c'est tant mieux. Ca en a fait une sacrée song qui marquera le retour de John dans les charts tout de même.

Dans Pussy Cats, là-encore, certaines sources audio de meilleures qualité arrivent à faire ressortir les arrangements comme ils auraient du toujours sonner. C'est encore plus flagrant en écoutant les mix issus des pressages quadrophoniques de l'album dont certains petits malins se sont amusé à isoler les pistes pour ne garder que le meilleur mais surtout faire ressortir ce qui a été "maladroitement" mixé dans la prod finale.

C'est là qu'un Richard Perry, par exemple, qui a magnifiquement produit le Nilsson Schmilsson (mais aussi bon nombre d'albums de Ringo) aurait fait un job digne de ce nom, et surtout, mettre en valeur tout ça comme il se doit.
Mais bon, Lennon produisant Nilsson, ça fait tellement bien sur les affiches... Cool

Filou
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Filou



Inscrit le: 14 Nov 2002
Messages: 22821
Localisation: Paname

MessagePosté le: Sam Fév 21, 2009 9:30 pm    Sujet du message: Répondre en citant

saunders a écrit:

J'ai pas encore lu ton article (parce que c'est bien TON article, on est d'accord?) dans rolling stone, mais ça ne saurait tarder Filou!

On est d'accord oui Wink

N'empêche que c'est un article qui reste assez objectif et essaie d'en faire une analyse plutôt bien vue en restituant le contexte de l'époque et tout et tout... Sans trop charger sur le côté poivrot (un peu quand-même) qu'on retrouve systématiquement et qui passe à côté du reste qui fait de tout ça une rencontre tout à fait exceptionnelle. Qui aurait pu vraiment rendre quelque chose de bien bien meilleur que ce que cela a donné au final.

En même temps, l'article ne fait qu'une double-page (déjà pas mal, non ?) et ne rentre pas trop dans le détail de chaque song ni, par exemple, sur cette étonnante ressemblance entre les arrangements de Many Rivers et #9 Dream. Comme quoi, ça ne doit pas être si connue que ça.
Faudrait trouver ça sur youtube ou autre vous rendre compte. Je n'ai pas trouvé entouka. Si quelqu'un a plus de chance...

Filou
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Filou



Inscrit le: 14 Nov 2002
Messages: 22821
Localisation: Paname

MessagePosté le: Dim Fév 22, 2009 7:34 pm    Sujet du message: John, Elvis et Harry... Répondre en citant

saunders a écrit:
Puis ce don't forget me, je crois qu'il a été touché par la grâce quand même lors de ces sessions, et pour le coup ça sonne comme du Nilsson ET du Lennon, c'est pas une copie de l'un ou de l'autre, et rien que pour ça je pense qu'Harry a eu raison d'insister oui.
Enfin ça reste mon avis!

Non seulement il a bien fait d'insister mais ça aurait été surtout con d'avoir un Lennon sous la main et ne pas en profiter Laughing

Il ne fallait pas laisser passer une chance en or d'immortaliser les deux noms côte à côte sur la même pochette. Qui n'aurait pas saisi cette opportunité là, hein ?Wink
Il parait même que, dixit l'article, l'un des deux aurait dit : "Ok, quitte à traîner ensemble, pourquoi ne pas faire un album ?" Laughing


Surtout que, au passage, comme ils l'expliquent bien dans l'article, John a profité de l'occasion pour aller voir les responsables de RCA avec Harry et renégocier son contrat en leur disant : "Vous avez juste deux putains d'artistes dans l'histoire de votre label, Elvis et Harry. Filez-lui son blé !" Laughing

Sacré John ! Wink




Au passage, cette photo est celle qui illustre l'article. Rigolote mais qui reste, hélas, l'une des rares où apparaissent John et Harry. Enfin, oui, heuuuuuuu... c'est tout de même le "lost week-end", hein ? Rolling Eyes

Par contre, ils terminent l'article en affirmant, à mon grand étonnement, que "contacté par RollingStone pour cet article, son ancien label (RCA donc) a confirmé ne plus disposer d'une seule photo d'archives du grand Harry" Shocked

Filou
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Filou



Inscrit le: 14 Nov 2002
Messages: 22821
Localisation: Paname

MessagePosté le: Lun Mar 09, 2009 2:28 am    Sujet du message: Re: Old Dirt Road Répondre en citant

Bungalow bill a écrit:
LE point noir de cette collaboration qui aurait pu être plus fructueuse à mon avis, c'est justement "Old Dirt Road"....très mauvaise chanson , plate qui dénote du ton énergique et rock 'n roll de Walls and Bridges..

Tiens, pour te faire plaisir, la voila, cette Old Dirt Road Wink

En fait, elle fait juste office de bande-son d'un reportage vidéo amateur sans son où apparaissaient John et Harry ensemble sur scène en juillet 1974 (toujours la même époque donc) pour une cause qu'ils soutenaient à New York : The March Of Dimes Benefit.

Dommage qu'on n'ait pas le son d'origine car ils ont l'air bien s'éclater sur scène. Mais bon, on ne va pas bouder son plaisir, d'autant plus que je découvre moi-même ces images pour la première fois. Jusqu'ici, on ne trouvait qu'une ou deux photos comme celle-ci et c'est tout.



Alors, c'est déja un très net progrès Cool

Voila le peu que j'ai trouvé sur cette prestation où nos deux lascars ne participent pas au concert prévu à cet effet mais se contente de dire quelques mots au micro et d'entonner brièvement le chant créé pour l'occasion ...que l'on n'entend pas ici, donc.

1974--John Lennon appears briefly with Harry Nilsson at a March of Dimes benefit concert in New York’s Central Park. John ad libs his own March of Dimes song, dances a bit, and signs autographs for the crowd (taking time to hold a baby). John’s appearance goes mostly unnoticed by the local TV news and newspapers.

So, enjoy !



Filou
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Bungalow bill



Inscrit le: 19 Mar 2006
Messages: 1772
Localisation: Pas si loin

MessagePosté le: Lun Mar 09, 2009 1:03 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Cette chanson, finalement...est une pré étude de ce que sera Dream...
On retrouve la même montée mélodique..mais en moins achevée...
_________________
C'est doux, ça s'écoute en bouche, ça coule tout seul et en même temps c'est... aigre-doux.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet Aller à la page 1, 2, 3  Suivante
Page 1 sur 3


 
Sauter vers:  



Powered by phpBB © phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com