|
plan du site | contact


Bienvenue sur cet espace de discussion ouvert à tous !
La passion des Beatles nous réunit,
mais tous les sujets sont possibles, vous avez la parole
et nous sommes là pour répondre à vos questions !

Se connecter pour vérifier ses messages privés Messagerie privée Rechercher Rechercher
Liste des Membres Liste des Membres Profil Profil
Connexion Connexion FAQ FAQ
S'enregistrer S'enregistrer (nouvel utilisateur)
  Lucy in the web Index du Forum > L'actualité des Beatles
  Sujet : "Carnival of Light Rave" : dépêche AFP pour Max !
Aller à la page 1, 2, 3, 4  Suivante
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Sébastien



Inscrit le: 14 Nov 2002
Messages: 2281
Localisation: Abbey Road

MessagePosté le: Lun Nov 17, 2008 4:05 pm    Sujet du message: "Carnival of Light Rave" : dépêche AFP pour Max ! Répondre en citant

Un mystérieux enregistrement expérimental inédit des Beatles, "Carnival of Light", pourrait être finalement rendu public, a annoncé Paul McCartney dans une interview dont des extraits ont été publiés aujourd'hui.

Ce morceau expérimental de 14 minutes, qui a acquis un statut quasi-mythique parmi les fans du groupe britannique, avait été enregistré en 1967 pour un festival de musique électronique, entre deux prises pour la chanson "Penny Lane". Mais les trois autres Beatles s'étaient opposés à l'époque à la diffusion de ce "Carnaval de Lumière", qu'ils avaient jugé trop avant-gardiste et décalé par rapport aux habituelles mélodies du groupe.

Lors d'une interview à la BBC Radio 4, qui doit être diffusée dans son intégralité jeudi, Sir Paul explique l'esprit de cet enregistrement, dont il a pris l'initiative.

"Je leur ai dit 'vous n'avez qu'à improviser autour de ce truc, quelques coups (de batterie), crier, jouer, ça n'a pas besoin d'avoir un sens", a-t-il expliqué. "Frapper sur un tambour, mettre un peu d'écho... J'aime ça parce que c'est les Beatles en toute liberté, faisant du hors-piste".

Cet enregistrement a été inspiré par des compositeurs d'avant-garde comme John Cage ou Karlheinz Stockhausen, selon Paul McCartney. Il inclut des sons d'orgue d'église, des distorsions à la guitare, de l'eau gargouillante, ou McCartney ou John Lennon criant des mots comme "Barcelone" ou "ça va?".


Source: AFP

Kèktendis, Max ? Ne nous fais pas une syncope hein, sinon on va être obligé de demander à Loufi de te faire du bouche-à-bouche ! Wink
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
Zongadude



Inscrit le: 19 Fév 2005
Messages: 751

MessagePosté le: Lun Nov 17, 2008 6:38 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Ouais enfin y a rien de fait non plus.
Ringo et Olivia ne seront jamais d'accords. (Ringo et George avaient déja utilisé leur droit de véto lors des Anthology).

En fait, Paul veut surtout utiliser cette promo providentielle pour qu'on parle de son Fireman 3 Smile
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur Adresse AIM
Coyote



Inscrit le: 06 Nov 2002
Messages: 4115

MessagePosté le: Lun Nov 17, 2008 9:07 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Merci Seb pour l'actu (en ligne) !

Je pense que zonga voit juste. Que de coïncidences... Wink
Paul ne perd jamais une occasion de faire savoir qu'il était le Monsieur Expérimental du groupe, bien avant que John ne la ramène avec Revolution 9. Après tout, John ne disait-il pas qu'il s'agissait-là d'une vaste fumisterie ?

Coyote
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail MSN Messenger
Filou



Inscrit le: 14 Nov 2002
Messages: 22850
Localisation: Paname

MessagePosté le: Mar Nov 18, 2008 12:30 am    Sujet du message: Répondre en citant

Bien-sûr, toujours prêt à se faire mousser, notre pompier de service Laughing

Surtout que, s'il avait vraiment voulu le sortir avant, rien ne l'empêchait. Et surtout aussi si ça avait été à la hauteur de la réputation de ce morceau devenu légendaire. Ce dont je doute fortement.


Enfin, weight and sea Wink

Filou
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Filou



Inscrit le: 14 Nov 2002
Messages: 22850
Localisation: Paname

MessagePosté le: Mar Nov 18, 2008 1:10 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Entouka, la news fait son chemin puisqu'ils en ont causé ce matin à la radio.
Comme quoi...


Une nouvelle raison pour dénigrer les Beatles et les fonds de tiroirs qu'ils déterrent pour se faire encore du fric.

Filou
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Mathilde



Inscrit le: 14 Nov 2002
Messages: 3201

MessagePosté le: Mar Nov 18, 2008 1:45 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Chuis bien naïf, mais cette nouvelle m'a enchanté !

A lire vos messages de pisse-froid j'en ai provisoirement le palpitant à zéro.

Si yen a bien un lieu ou l'on doit trouver élans d'enthousiasme c'est quand même bien ici. Que passa les rabat-joie ?

Nous qui nous extasions devant le pet de John a la prise 12 de Two of Us des twickenham sessions vous bouderiez le plaisir de les entendre meugler Barcelona ?

Zêtes zarbis ... aussi chiant cul que des collectionneurs tiens !
Very Happy
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Filou



Inscrit le: 14 Nov 2002
Messages: 22850
Localisation: Paname

MessagePosté le: Mar Nov 18, 2008 3:07 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Ca ne tient qu'à toi d'apporter la joie de vivre qui manque ici Wink



Tu pourras éteindre la lumière en sortant, stp ?

Filou
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Sébastien



Inscrit le: 14 Nov 2002
Messages: 2281
Localisation: Abbey Road

MessagePosté le: Mar Nov 18, 2008 3:15 pm    Sujet du message: Répondre en citant

la nouvelle continue de faire couler de l'encre, et McCa en prend pour son grade:

«Depuis la fin des Beatles en 1969, et encore plus depuis la mort de Lennon en 1980, Paul McCartney n'a eu de cesse de faire valoir qu'il ne se résumait pas à l'auteur de ces Silly Love Songs moquées par ses détracteurs»

L'ex-Beatles publiera un nouvel album lundi prochain, Electric Arguments - son troisième sous le pseudonyme de Fireman -, mais cette nouvelle devrait être éclipsée par une annonce d'une tout autre ampleur : l'existence d'un titre inédit du groupe ! On pensait pourtant connaître tous leurs enregistrements depuis la parution de titres rares regroupés sur les trois coffrets Anthology en 1996, année record de ventes pour le groupe. Enregistré en janvier 1967, Carnival of Light devait voir le jour à ce moment-là, mais son ancien compagnon George Harrison s'y était opposé, jugeant le morceau trop étrange. « Ça ne prouve en rien que c'est de l'avant-garde », aurait asséné le guitariste après réécoute d'une pièce faite de cris perçants, effets psychédéliques, orgue d'église et guitares saturées. Aujourd'hui, McCartney entend bien prendre sa revanche.

D'une durée de 14 minutes, le morceau fournirait l'occasion au musicien, qui en fut l'architecte principal, de prouver qu'il était aussi branché et dans le coup que ses camarades, sinon plus. Il y a quelques années, une somme biographique signée Barry Miles dépeignait déjà McCartney en expérimentateur sous-estimé, reléguant Lennon au rôle de suiveur.

Depuis la fin des Beatles en 1969, et encore plus depuis la mort de Lennon en 1980, Paul McCartney n'a eu de cesse de faire valoir qu'il ne se résumait pas à l'auteur de ces Silly Love Songs moquées par ses détracteurs. Il a maintes fois revendiqué être responsable du déluge sonore de Helter Skelter, pièce la plus bruitiste du groupe de Liverpool. Il y a quelque chose d'un peu triste à voir un tel génie de la mélodie pop, encore capable de fulgurances (le sublime Chaos and Creation in the Backyard), continuer à se poser en éternel rival d'un homme décédé il y a plus de trente ans. Malgré les honneurs, l'anoblissement, les millions de disques vendus, sir Paul McCartney continue d'en découdre avec son image de gendre idéal façonnée il y a plus de quarante ans, alors que Lennon est devenu un symbole de la contestation.

En 2002, McCa avait heurté la sensibilité de nombreux fans en plaçant son nom devant celui de son ami dans les crédits de chansons des Beatles, après des années de signature Lennon-McCartney. Dans les années 1980, George Harrison déclarait avec humour : « Les Beatles ne se reformeront pas tant que John sera mort. » Celui-ci ayant disparu à son tour en 2001, McCartney n'a jamais été aussi près de son fantasme absolu : incarner les Beatles à lui tout seul. Isolé dans sa tour d'ivoire, Ringo Starr, bien vivant lui aussi, doit bien ricaner.


Source: Olivier Nuc / Le Figaro Musique


Quand John enfonça le clou dans une interview pour Rollingstone:

"Les Beatles étaient les pires salauds du monde"

En 1971, soit un an après la dissolution des Beatles, un John Lennon en colère livrait une interview au magazine Rolling Stone. Un entretien diffusé à l'époque mais pas dans son intégralité, pas peur d'ébranler l'entourage du musicien assassiné en 1980. Des bribes de cette conversation ressortent aujourd'hui et il est vrai que Lennon n'y allait pas avec le dos de la cuillère.



"Le rêve est terminé"

Déprimé, Lennon confiait à propos de la séparation de son groupe: "Le rêve est terminé. Je ne parle pas simplement des Beatles mais du truc générationnel. En ce qui me concerne, je suis revenu à ce que l'on appelle la réalité." Lennon n'avait pas perdu sa modestie en cours de route pour autant. Ainsi, il se rappelait qu'enfant, il se disait: "soit je suis un génie, soit je suis fou ? Non, me suis-je dit, je ne peux pas être fou parce que personne ne m'a rejeté ; donc je suis un génie."

"Les Beatles étaient des salauds"

Aigri, amer, il déclarait à propos des Beatles: "Il faut être un salaud pour réussir, c'est un fait. Et les Beatles étaient les pires salauds du monde". Il se souvenait de leurs tournées comme d'"une succession de fêtes et d'orgies." Et si les quatre garçons dans le vents avaient décidé de tout arrêter, c'est, selon lui, "parce qu'ils en ont eu marre d'être les sidemen de Paul."

Une dent contre Paul

Lennon enfonçait le clou: "Paul pensait qu'il était les putains de Beatles à lui tout seul! Et il ne l'a jamais été, bordel ! Jamais, jamais. Aucun d'entre nous n'était, seul, les putains de Beatles. On était les Beatles à quatre!" Il ajoutait: "Il faut s'humilier complètement pour être ce qu'étaient les Beatles, et c'est ça que je n'accepte pas."


Source: http://www.7sur7.be
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
Mathilde



Inscrit le: 14 Nov 2002
Messages: 3201

MessagePosté le: Mar Nov 18, 2008 3:18 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Connaissez Dudley Edwards ?

Un branleur qui coloriait les pianos.



Il vous dit rien celui là ?

Bref ...

En 2004 et en réponse à un article écrit sur un site internet il répond ceci :

To put the record straight...

I am the 'Edwards' of Binder Edwards & Vaughan who were responsible for staging 'The Million Volt Light and Sound Rave' otherwise known as the 'Carnival of Light' that you refer to.

The avant-garde track you refer to did not contain a version of 'Penny Lane' but Paul singing 'Fixing a Hole' on the piano. The tape was taken to America by one Ray Anderson (who was brought over from the States to assist us with the light show). I have no knowledge of what happened to it after that.

Paul's electronic experiments were played along with tapes from 'Unit Delta Plus' an offshoot of the BBCs Radiophonic workshop. Regards,
Dudley.


Hoax ?
Pas Hoax ?

Toujours est il qu'il fallait faire preuve de beaucoup d'imagination pour ressortir ce brave Dudley Edwards des cartons.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Zongadude



Inscrit le: 19 Fév 2005
Messages: 751

MessagePosté le: Mar Nov 18, 2008 4:46 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Mathilde a écrit:
vous bouderiez le plaisir de les entendre meugler Barcelona ?


Ah non bien sûr que non. J'attends que ça, même.
Mais mon petit doigt me dit que c'est que de l'esbroufe de la part de Paul et que le morceau n'est pas prêt d'être publié.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur Adresse AIM
valpan



Inscrit le: 30 Nov 2002
Messages: 1801
Localisation: Mange du Lyon

MessagePosté le: Mar Nov 18, 2008 5:15 pm    Sujet du message: Répondre en citant

De toute façon, ça peut pas être plus long et mauvais que Number 9 non ??? Alors je ne vois pas trop pourquoi Yoko serait contre... Ou alors un truc m'échappe !

La nouvelle m'a également enchanté, car "une bidouille des Beatles, c'est encore du Beatles" !!!!!
_________________
Comment limiter le nombre de mécontents ?
Toujours taper sur les mêmes !
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Zongadude



Inscrit le: 19 Fév 2005
Messages: 751

MessagePosté le: Mar Nov 18, 2008 6:11 pm    Sujet du message: Répondre en citant

valpan a écrit:
De toute façon, ça peut pas être plus long et mauvais que Number 9 non ???


Plus mauvais j'en sais rien, mais plus long si: Carnival of light dure 14 minutes, contre 8 pour R9.

valpan a écrit:

Alors je ne vois pas trop pourquoi Yoko serait contre... Ou alors un truc m'échappe !


C'est pas Yoko qui est contre, c'était George Harrison et Ringo Starr, qui ont farouchement mis leur veto lorsqu'il avait été question de mettre ce morceau dans les Anthology en 95. "C'est de la merde", ont été leur réaction.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur Adresse AIM
Joni Dalimood



Inscrit le: 17 Mai 2003
Messages: 2551

MessagePosté le: Mar Nov 18, 2008 6:35 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Sébastien a écrit:
la nouvelle continue de faire couler de l'encre, et McCa en prend pour son grade:

«Depuis la fin des Beatles en 1969, et encore plus depuis la mort de Lennon en 1980, Paul McCartney n'a eu de cesse de faire valoir qu'il ne se résumait pas à l'auteur de ces Silly Love Songs moquées par ses détracteurs»

L'ex-Beatles publiera un nouvel album lundi prochain, Electric Arguments - son troisième sous le pseudonyme de Fireman -, mais cette nouvelle devrait être éclipsée par une annonce d'une tout autre ampleur : l'existence d'un titre inédit du groupe ! On pensait pourtant connaître tous leurs enregistrements depuis la parution de titres rares regroupés sur les trois coffrets Anthology en 1996, année record de ventes pour le groupe. Enregistré en janvier 1967, Carnival of Light devait voir le jour à ce moment-là, mais son ancien compagnon George Harrison s'y était opposé, jugeant le morceau trop étrange. « Ça ne prouve en rien que c'est de l'avant-garde », aurait asséné le guitariste après réécoute d'une pièce faite de cris perçants, effets psychédéliques, orgue d'église et guitares saturées. Aujourd'hui, McCartney entend bien prendre sa revanche.

D'une durée de 14 minutes, le morceau fournirait l'occasion au musicien, qui en fut l'architecte principal, de prouver qu'il était aussi branché et dans le coup que ses camarades, sinon plus. Il y a quelques années, une somme biographique signée Barry Miles dépeignait déjà McCartney en expérimentateur sous-estimé, reléguant Lennon au rôle de suiveur.

Depuis la fin des Beatles en 1969, et encore plus depuis la mort de Lennon en 1980, Paul McCartney n'a eu de cesse de faire valoir qu'il ne se résumait pas à l'auteur de ces Silly Love Songs moquées par ses détracteurs. Il a maintes fois revendiqué être responsable du déluge sonore de Helter Skelter, pièce la plus bruitiste du groupe de Liverpool. Il y a quelque chose d'un peu triste à voir un tel génie de la mélodie pop, encore capable de fulgurances (le sublime Chaos and Creation in the Backyard), continuer à se poser en éternel rival d'un homme décédé il y a plus de trente ans. Malgré les honneurs, l'anoblissement, les millions de disques vendus, sir Paul McCartney continue d'en découdre avec son image de gendre idéal façonnée il y a plus de quarante ans, alors que Lennon est devenu un symbole de la contestation.

En 2002, McCa avait heurté la sensibilité de nombreux fans en plaçant son nom devant celui de son ami dans les crédits de chansons des Beatles, après des années de signature Lennon-McCartney. Dans les années 1980, George Harrison déclarait avec humour : « Les Beatles ne se reformeront pas tant que John sera mort. » Celui-ci ayant disparu à son tour en 2001, McCartney n'a jamais été aussi près de son fantasme absolu : incarner les Beatles à lui tout seul. Isolé dans sa tour d'ivoire, Ringo Starr, bien vivant lui aussi, doit bien ricaner.


Source: Olivier Nuc / Le Figaro Musique


Quand John enfonça le clou dans une interview pour Rollingstone:

"Les Beatles étaient les pires salauds du monde"

En 1971, soit un an après la dissolution des Beatles, un John Lennon en colère livrait une interview au magazine Rolling Stone. Un entretien diffusé à l'époque mais pas dans son intégralité, pas peur d'ébranler l'entourage du musicien assassiné en 1980. Des bribes de cette conversation ressortent aujourd'hui et il est vrai que Lennon n'y allait pas avec le dos de la cuillère.



"Le rêve est terminé"

Déprimé, Lennon confiait à propos de la séparation de son groupe: "Le rêve est terminé. Je ne parle pas simplement des Beatles mais du truc générationnel. En ce qui me concerne, je suis revenu à ce que l'on appelle la réalité." Lennon n'avait pas perdu sa modestie en cours de route pour autant. Ainsi, il se rappelait qu'enfant, il se disait: "soit je suis un génie, soit je suis fou ? Non, me suis-je dit, je ne peux pas être fou parce que personne ne m'a rejeté ; donc je suis un génie."

"Les Beatles étaient des salauds"

Aigri, amer, il déclarait à propos des Beatles: "Il faut être un salaud pour réussir, c'est un fait. Et les Beatles étaient les pires salauds du monde". Il se souvenait de leurs tournées comme d'"une succession de fêtes et d'orgies." Et si les quatre garçons dans le vents avaient décidé de tout arrêter, c'est, selon lui, "parce qu'ils en ont eu marre d'être les sidemen de Paul."

Une dent contre Paul

Lennon enfonçait le clou: "Paul pensait qu'il était les putains de Beatles à lui tout seul! Et il ne l'a jamais été, bordel ! Jamais, jamais. Aucun d'entre nous n'était, seul, les putains de Beatles. On était les Beatles à quatre!" Il ajoutait: "Il faut s'humilier complètement pour être ce qu'étaient les Beatles, et c'est ça que je n'accepte pas."


Source: http://www.7sur7.be


merci Seb
a peu pres tout ce que je pense
Paul Mc Cartney semble encore etre en rivalité avec un Lennon disparu depuis 28 ans (tain deja)
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Mop Top



Inscrit le: 27 Avr 2008
Messages: 3446

MessagePosté le: Mar Nov 18, 2008 11:52 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Dernières news =

http://www.pr-inside.com/harrison-s-widow-torn-over-decision-to-r921940.htm

À voir le lien, on voit qu'Olivia a dit non.

Et un autre, plus intéressant =

http://www.independent.ie/entertainment/music/lost-in-music-1543237.html
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Rockingcloud



Inscrit le: 02 Aoû 2004
Messages: 1811
Localisation: On the hill

MessagePosté le: Mer Nov 19, 2008 12:06 am    Sujet du message: Répondre en citant

Uncle John a écrit:

merci Seb
a peu pres tout ce que je pense
Paul Mc Cartney semble encore etre en rivalité avec un Lennon disparu depuis 28 ans (tain deja)


C'est facile de dire cela (contenu des articles de presse) en se basant uniquement sur des citations de personnes mortes.

Je ne vois pas pourquoi Paul n'aurait pas le droit de continuer à faire de la musique, à avoir un avis sur son passé, des tournées dans les quelles il rend hommage à John et George sous prétexte que John avait un caractère plus subversif (surtout venant du Figaro Laughing ) et qu'il est mort dans des conditions effroyables.

Paul McCartney sort un nouvel album (accesoirement avec Youth) et le journaliste nous ressort le même refrain que depuis 1971 en brodant sur la dualité Lennon-McCartney. Mon prof de CM2 lui mettrai "Hors sujet" en haut de sa copie, ces journalistes ont-ils seulement écouté l'album ou même ce "Carnaval Of Light" ?

Ce n'est pas si l'on bosse dans un grand journal, que l'on a fait des super études grâce aux quelles on sait tout Laughing que l'on puisse tout se permettre.

Quand à ce nouveau morceau, il sortira surement un jour quand un marchand de dentifrice aura racheté les droits des Beatles Twisted Evil .

A++++
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet Aller à la page 1, 2, 3, 4  Suivante
Page 1 sur 4


 
Sauter vers:  



Powered by phpBB © phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com