|
plan du site | contact


Bienvenue sur cet espace de discussion ouvert à tous !
La passion des Beatles nous réunit,
mais tous les sujets sont possibles, vous avez la parole
et nous sommes là pour répondre à vos questions !

Se connecter pour vérifier ses messages privés Messagerie privée Rechercher Rechercher
Liste des Membres Liste des Membres Profil Profil
Connexion Connexion FAQ FAQ
S'enregistrer S'enregistrer (nouvel utilisateur)
  Lucy in the web Index du Forum > Le coin collec
  Sujet : Le petit guide de la collec illustré
Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Filou



Inscrit le: 14 Nov 2002
Messages: 22776
Localisation: Paname

MessagePosté le: Sam Déc 29, 2012 5:40 pm    Sujet du message: Re: Beatles Collector - Jacques Volcouve Répondre en citant

orgeatlechien a écrit:
Ce livre rassemble beaucoup de photos de disques, revues, affiches et autres objets de Mr Volcouve a déniché durant toutes ces années. Il y raconte sa passion, son parcours en tant que président du Fan Club Français créé dans les années 70, ses rencontres avec trois des quatre Beatles...

Ça, pour avoir des okaz de récupérer des disques et autres, il a dû en avoir de sacrées.
Il a dû s'en foutre plein les fouilles, même Cool

Blague à part, je me demande quelle est l'envergure réelle de sa collec.
On entend tout et n'importe-quoi sur le sujet. J'aimerais bien savoir ce qu'il en est au juste. Il en dit quoi, lui ? Il parle de 15.000 vinyles à un moment dans le livre. Sans parler du reste, photos, bouquins, affiches et autres objets-promo... on peut imaginer que ça doit en faire un sacré paquet.

Enfin, merci pour ce point de vue, Orgeat.

J'ai vu qu'il y avait une double-page qui lui était consacrée dans le dernier MOJO France.
Plusieurs objets et photos extraits du book y sont présentés et commentés.


http://mojo-mag.fr
http://www.facebook.com/pages/Mojo-France/322201897823144

Filou
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Filou



Inscrit le: 14 Nov 2002
Messages: 22776
Localisation: Paname

MessagePosté le: Jeu Mai 30, 2013 12:10 am    Sujet du message: Daniel Lesueur - les disques rares des 60's Répondre en citant

Je viens de tomber sur petit fascicule bien rigolo.

Daniel Lesueur, vous vous souvenez ?



Il date de mai 83.
A l'intérieur, ce sont des pages photocopiées en noir et blanc. Hum...
Une cinquantaine de pages avec 16 pochettes par page, soit près de 800 pochettes en tout.

Marrant de voir, avec le recul comment étaient présentés ces disques.
Et il y avait aussi les indices de rareté sous la forme d'un système d'étoiles assez simpliste classé de 1 à 3 : Intéressant / Rare / Introuvable

Ce volume (1) présente les pressages originaux français d'artistes étrangers.
Ce qui laisse supposer qu'il y en avait une second de prévu (?)
Et on y trouve tous les formats, 33 et 45 tours. Tout ça mélangé dans un joyeux bordel Laughing

Non, quand même classés par ordre chrono par artiste avec le visuel de la pochette.
Ce qui est quand-même la moindre des choses, non ?


On se rappelle les différents ouvrages qui sont parus par la suite :

Filou a écrit:
Un petit dernier dans la famille des guides discographiques.



...ou presque.

Puisque ça m'a plutôt l'air d'une simple réédition de son ouvrage sorti il y a plus de 10 ans chez Alternatives & Parallèles sous le titre Les Beatles - La Discographie Définitive.

Ou alors il l'a remanié et complété puisqu'il traite en plus de la discographie française qu'il traitait dans le précédent, des pressages anglais et américains ? Je l'ai juste feuilleté mais c'est l'impression que j'en ai eu. Entouka, la couverture elle-même ainsi que le résumé présenté en quatrième de couverture sont plus ou moins les mêmes que celles du précédent.

Présentation de l'éditeur
Plus d'un quart de siècle qu'on attendait la publication définitive de l'oeuvre des Beatles sur CD ! Septembre 2009 restera une date dans l'Histoire de la musique car, en sept années d'un règne à peine partagé, les Beatles avaient totalement révolutionné la chanson populaire britannique pour en faire un courant mondial appelé Pop music.
Chacune de leurs chansons, ou presque, est connue de tous. De She loves you à Yellow submarine en passant par Yesterday, la planète continue de résonner au son de leur Yeah yeah yeah. Voici donc, passées au crible, toutes leurs chansons jamais interprétées : date d'enregistrement, de mixage, différences notables entre les versions mono et stéréo... et toutes les anecdotes qui ont conduit à construire la discographie la plus vendue au monde encore aujourd'hui.




Filou
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Filou



Inscrit le: 14 Nov 2002
Messages: 22776
Localisation: Paname

MessagePosté le: Jeu Nov 20, 2014 2:00 pm    Sujet du message: Gilles Valiquette - disco Beatles made in Canada Répondre en citant

Et pour le Canada, c'est Gilles Valiquette qui s'y colle.
On ne pouvait pas en attendre moins... Rolling Eyes

Et c'est pas moins de 700 pages qu'il a pondues, le coco.
Faut croire qu'il en devait en avoir gros sur la patate Wink

C'est fou, non ?

...mais c'est tout !!! Wink




C'est fou mais mais c'est tout,
Gilles Valiquette rend hommage aux Beatles


Le 18 mai 1964, arrive au premier rang du palmarès de CJMS Radio Montréal le titre C'est fou mais c'est tout, interprété par Les Baronets, un trio composé de Pierre Labelle, Jean Beaulne et René Angélil. « C'était la première fois qu'une adaptation québécoise d'une chanson des Beatles atteignait le numéro 1 », nous disait hier l'auteur-compositeur-interprète Gilles Valiquette, qui lance le 18 novembre prochain aux Editions de l'Homme un ouvrage portant ce même titre : C'est fou mais c'est tout - Parcours discographique des Beatles au Canada.

Dans la suite 1742 de l'hôtel Reine Elizabeth - celle-là même du célèbre « Bed-in for Peace » de John Lennon et Yoko Ono, au printemps de 1969 -, Gilles Valiquette explique comment il en est venu à pondre une brique de plus de 700 pages sur ce sujet. « L'impact des Beatles en Amérique du Nord ne se réduit pas à leur passage au Ed Sullivan Show », lance l'auteur en évoquant l'émission du dimanche 9 février 1964 qui avait attiré à CBS une audience record de 73 millions de téléspectateurs. « Il s'était passé des choses avant et il s'en est passé après... »

Plus après qu'avant, disons... Tout le monde ici - le livre ramène à la mémoire des dizaines de noms - s'est payé une version des Beatles, de Patrick Zabé aux Bel Canto, de Donald Lautrec à Pierre Lalonde, en passant par des artistes de cabaret comme Pierrette Roy et Roland One-man-show Montreuil. « Comme ailleurs, les Beatles ont créé une véritable révolution », dira encore Gilles Valiquette en rappelant qu'I Want to Hold Your Hand avait suivi en tête des palmarès des chansons comme La montagne des amoureux de Fernand Gignac et André de Denise Filiatrault.


La suite sur SBFC : http://swissbeatlesfanclub.blogspot.fr/2014/11/gilles-valiquette-cest-fou-mais-cest-tout-ouvrage-livre-beatles-2014.html






Un Gilles Valiquette qui a pas mal fait jaser sur ce forum... bien malgré lui Very Happy

Extrait d'une critique en mode copier-coller :

Ce volumineux ouvrage de plus de 700 pages se veut un parcours discographique des Beatles au Canada. «Il y a d’excellentes discographies américaines, françaises et même japonaises qui existent sur les Beatles, mais il n’y avait rien pour le Canada», dit-il.
«Aussi, on a l’impression que la vie des Beatles en Amérique du Nord a commencé en février 1964 avec le Ed Sullivan Show. Mais sans diminuer l’importance de cet événement-là, il faut savoir qu’un an avant ça, les Beatles étaient présents au Canada. Ils ont été refusés quatre fois par Capitol, aux États-Unis, tandis que le Canada a embarqué sur le cas tout de suite. Il y a une histoire qui mérite d’être racontée.»

Quand il a découvert les Beatles, à 11 ans, Gilles Valiquette s’est tout de suite dit que c’était le métier qu’il voulait faire. «Une des affaires que je trouve triste aujourd’hui, c’est de voir des jeunes qui ne savent pas ce qu’ils veulent faire dans la vie. Je me considère chanceux parce que c’était tellement clair pour moi. Quand j’ai vu les Beatles, j’ai vu dans ça une façon de communiquer.»
Au Noël de 1964, il recevait sa première guitare, dix mois après avoir «achalé» ses parents pour en avoir une. «Quand je l’ai reçue, j’ai trouvé que j’étais tellement en retard! Je me suis mis à pratiquer comme un malade.»

Véritable collectionneur («je demande toujours à des amis, comme cadeau de voyage, de me ramener un album des Beatles»), Gilles Valiquette mentionne posséder «des milliers de disques des Beatles». Sur les 2500 illustrations que l’on retrouve dans son livre, 90% d’entre elles proviennent de sa collection personnelle.
Après le livre, Gilles Valiquette poursuivra son «année Beatles» en lançant un album de reprises du Fab Four. «J’en suis à la moitié du processus. J’aimerais qu’il sorte le plus rapidement possible, même avant Noël. Qu’on le sorte le 24 décembre, ça ne me dérange pas!»



Une interview du gars dans la suite 1742 de l'hôtel montréalais pour le fameux Bed In de John & Yoko : http://www.lapresse.ca/arts/livres/biographies-recits-essais/201411/12/01-4818123-gilles-valiquette-le-parcours-canadien-des-beatles.php

Et puis encore : http://ici.radio-canada.ca/audio-video/media/2014/09/08/Entrevue-avec-Gilles-Valiquette?externalId=7155610&appCode=medianet





Il faut dire aussi que des disques et objets de sa collec sont parfois exposés comme pour cette exposition du musée Pointe à Callière de Montréal ouverte pendant un an à partir de mars 2013.

Gilles Valiquette, grand collectionneur des Beatles, a prêté au musée des objets variés sur lesquels on a mis la figure de ces musiciens célèbres. Des guitares, des bijoux, des posters, sont rassemblés à l’exposition dans une petite pièce surnommée « maison des beatles » par le chargé de projet, David Ledoyen.
Cette exposition s’adresse finalement à tout le monde, aux passionnés d’antant comme aux plus jeunes comme le confirme David Ledoyen : « Les fans des Beatles vont ici se reconnaitre, avoir du plaisir à voir des images soit qu’ils connaissent ou qu’ils n’ont jamais vu, ils vont apprécier les collections notamment celle de disques intégrale prêtée par Gilles Valiquette. Mais aussi la pièce majeure, la Rolls-Royce de John Lennon, décorée de manière très particulière. Cela s’adresse aussi à des gens plus jeune, qui aime la musique.»



Le musicien Gilles Valiquette a lui aussi contribué à l'exposition en prêtant de nombreux objets de sa collection personnelle. «Je recevais des disques de temps en temps à ma fête ou à Noël, mais ça a pris quelques années avant que j'aie un petit travail de fin de semaine et que je puisse commencer à me payer ces trucs-là», explique-t-il.



Au fil des années, il a cherché des disques des Beatles dans les différentes villes qu'il visitait lors de ses tournées au Québec, au Canada, aux États-Unis et en Europe. Il a également accumulé une grande quantité d'objets inusités à l'effigie du quatuor qu'on retrouve à l'exposition.

«Encore aujourd'hui, on est surpris de voir sur quoi on pouvait mettre le nom des Beatles dans les années 1960. Je pense que ça serait surprenant de trouver quelque chose sur lequel on n'a pas mis le nom des Beatles», dit le musicien.



En tout, quelque 360 objets sont présentés dans l'exposition dont des objets personnels, d'autres qui sont signés par les Beatles, des disques, des instruments de musique, des objets dérivés propres à la Beatlemania, des extraits de films, des photos d'archives et des pages de quotidiens qui rendent compte de la folie, voire de l'euphorie créée par le passage du groupe, ici comme ailleurs. Outre Gilles Valiquette, plusieurs collectionneurs ont généreusement accepté de prêter des objets au Musée dont Richard Lapointe, Pierre Marchand, Luc Bouthillier et Jean-Louis Vaillancourt.

Grâce à de nombreux amateurs et collectionneurs du grand public à qui le Musée a également fait appel, un espace transformé en maison Beatles est consacré, de façon divertissante, à ces précieux objets. On peut voir qu'à l'époque, on pouvait manger «Beatles», dormir «Beatles», décorer «Beatles», se divertir et s'habiller «Beatles».




L’exposition raconte également comment, à l’époque de la visite des Beatles à Montréal, le Québec et la métropole, à grands coups de réformes, rattrape le monde moderne à pas de géant et que la musique suit le courant. Tourne-disque de cette époque, radio transistor, téléphone princesse, télévision et vêtements d’adolescents se côtoient dans l’exposition.

C’est l’occasion de revivre l’effervescence musicale qu’a connue la métropole et le Québec des années 60 avec des groupes comme les Baronets, les Classels, les Hou-Lops et les Sultans, autant de noms de groupes synonymes d’une épopée yéyé qui a encore des résonnances aujourd’hui, auprès des jeunes et des moins jeunes..


. . . . . . . . . . . . . . .

Un album-souvenir accompagne l’exposition et afin de représenter les années 60, il a été conçu sous la forme d’une pochette de 33-tours. L'album est agrémenté de magnifiques photos, certaines inédites, grâce au Fonds Jean-Louis Frund de Bibliothèque et Archives nationales du Québec.

De très courts textes les accompagnent ainsi que des témoignages de personnalités du monde de la musique telles que Gilles Valiquette, Sylvain Cormier, Claude Rajotte et François Pérusse. Certains de ces témoignages seront diffusés tout au long de l'exposition sur le site Internet et les médias sociaux du Musée.



http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/arts_et_spectacles/2013/03/28/010-aetd-beatles-exposition.shtml

http://www.pacmusee.qc.ca/fr/expositions/les-beatles-a-montreal-50-ans-apres

Filou
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9
Page 9 sur 9


 
Sauter vers:  



Powered by phpBB © phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com