|
plan du site | contact


Bienvenue sur cet espace de discussion ouvert à tous !
La passion des Beatles nous réunit,
mais tous les sujets sont possibles, vous avez la parole
et nous sommes là pour répondre à vos questions !

Se connecter pour vérifier ses messages privés Messagerie privée Rechercher Rechercher
Liste des Membres Liste des Membres Profil Profil
Connexion Connexion FAQ FAQ
S'enregistrer S'enregistrer (nouvel utilisateur)
  Lucy in the web Index du Forum > Coups de coeur
  Sujet : Brel, Ferré, Brassens et Les Beatles
Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivante
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  

Lequel des trois, préférez vous?
Brel
23%
 23%  [ 3 ]
Brassens
61%
 61%  [ 8 ]
Ferré
15%
 15%  [ 2 ]
Total des votes : 13

Auteur Message
Filou



Inscrit le: 14 Nov 2002
Messages: 22848
Localisation: Paname

MessagePosté le: Ven Juil 15, 2011 12:36 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Hier je suis tombé sur un épisode de ça.

Franchement bien foutu. Qu'on aime ou pas, c'est très très sympa.
Avec beaucoup de témoignages et documents d'époque.

Je vous recommande fortement.





Georges Brassens est né à Sète en octobre 1921. En 1940 il choisit Paris, et c'est à Paris que "Georges" est devenu "Brassens", que le mythe Brassens est né...
Qui était cet homme à la fois si bourru et si humain, si timide et si direct ? Comment était Georges Brassens côté scène, côté public, et côté jardin, chez lui avec ses amis ? Jusqu'où allait son amour de la poésie et que savait il de la musique ? Comment a-t-il écrit ses textes merveilleux qui sont devenus des classiques ?...



C'est en 5 épisodes.
Aujourd'hui, c'est le dernier. De 15h à 16h.

Pour Seb, Minnie et tous les fans du gars Georges, c'est un must.


Et ça se réécoute ici : http://www.franceinter.fr/emission-feuilletons-radiophoniques-j-ai-rendez-vous-avec-vous-georges-brassens-episode-15

Le reste : http://www.franceinter.fr/archives-diffusions/78817/2011-07

Filou
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Filou



Inscrit le: 14 Nov 2002
Messages: 22848
Localisation: Paname

MessagePosté le: Sam Oct 22, 2011 2:27 am    Sujet du message: Répondre en citant

Mercredi, un téléfilm était consacré à Brassens sur France 2.
Enfin, essentiellement à sa jeunesse et à la galère avant le succès.
Dommage que ça s'arrête juste à la fameuse rencontre de Patachou.

J'espère que Seb n'a pas loupé ça.



Pas facile de jouer Brassens.
Pari gagné ou pas ? Pour ma part, pas trop convaincu.


Jamais peut-être on n’avait tant vu Brassens à la télé. Le double anniversaire de sa naissance – il y a 90 ans samedi – et de sa mort – il y a 30 ans le 29 octobre – inspire les documentaristes, et les programmateurs des chaînes.

Ce mercredi, France 2 rend hommage au chanteur avec un téléfilm, “Brassens, la mauvaise réputation” (à 20h35), qui retrace la vie de Georges Brassens de l’adolescence jusqu’au succès. Le comédien Stéphane Rideau y incarne ce jeune Brassens qui suit un parcours initiatique marqué par des rencontres (comme Jeanne et Marcel Planche, Marie-Anne Chazel et Bruno Lochet à l’écran), des étapes fondatrices et des périodes clés: Sète et les quatre voleurs, l’exil à Paris, le STO, la première guitare, l’anarchisme, Bobino…



On est loin de l’image d’Epinal avec moustache grisonnante et guitare dans les bras. Car bien avant de monter sur scène, poussé par Patachou, et de devenir une institution de la chanson française, il a donné bien du fil à retordre à son entourage… Cette fiction s’est tournée à Sète et Mèze, dans l’Hérault, jusqu’au 10 juin dernier, sous l’oeil attentif de Serge Cazzani, neveu et ayant droit de Brassens. Pour la première fois, il autorisait qu’une partie de la vie de son oncle soit mise en images.



Stéphane Rideau : "Comment j'ai joué Georges Brassens" (VIDEO)
Délicat défi relevé par Stéphane Rideau ce mercredi soir sur France 2 : l'acteur, habitué aux films d'auteur, redonne vie à l'une des icônes de la musique française, Georges Brassens. Il se confie sur ce rôle pas comme les autres.





Trente ans après sa mort, Georges Brassens fascine encore les Français (même Nikos ne peut pas s'empêcher de l'interviewer). Ce mercredi soir (20h35), France 2 lui consacre un téléfilm (Brassens, la mauvaise réputation), abordant principalement sa jeunesse et ses légères errances avant de connaître la gloire. Pour ressusciter Georges Brassens, la chaîne a fait appel à Stéphane Rideau, comédien vu au cinéma dans Les Roseaux Sauvages, Sitcom, Presque rien ou encore A toute vitesse.

Sélectionné pour ce rôle empreint d'histoire seulement une semaine avant le tournage, Stéphane Rideau n'a pas vraiment eu le temps de suivre une préparation spéciale. L'acteur a dû composer son personnage au fil des jours, piquant quelques mimiques au chanteur, tout en évitant de tomber dans une banale imitation, le piège de tout biopic.



Filou
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
maxime



Inscrit le: 14 Nov 2002
Messages: 6712

MessagePosté le: Sam Oct 22, 2011 10:28 am    Sujet du message: Répondre en citant

Même s'il s'agit d'un gros caca, je le cherche partout sur le web pour pouvoir le voir... en vain. Crying or Very sad
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Zug



Inscrit le: 02 Oct 2004
Messages: 3335
Localisation: Paris

MessagePosté le: Sam Oct 22, 2011 10:44 am    Sujet du message: Répondre en citant

maxime a écrit:
Même s'il s'agit d'un gros caca, je le cherche partout sur le web pour pouvoir le voir... en vain. Crying or Very sad


Oui de la merde au Km ...pas étonnant que ça ait retenu l'attention du maître de cérémonie qui décidément évite les bons sujets mais s'enfonce à chaque fois dans le mou...dans le médiatiquement correct...dans le facile, dans l'évident, dans l'autoroute avec des gros panneaux...sans jamais essayer la "nationale"..

L'interview de Brassens par le Grec de service est aussi débile que la dette de son pays est abyssale ...

C'est possible d'être un peu moins "public" et surtout plus "critique " de temps en temps... Rolling Eyes
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail
Filou



Inscrit le: 14 Nov 2002
Messages: 22848
Localisation: Paname

MessagePosté le: Sam Oct 22, 2011 11:07 am    Sujet du message: Répondre en citant

Ben oui, on est d'accord.

Filou a écrit:
Pas facile de jouer Brassens.
Pari gagné ou pas ? Pour ma part, pas trop convaincu.

En même temps, je ne sais pas s'il en existe d'autres mais c'est la première fois que je voyais un biopic sur Brassens. Je suis tombé dessus par hasard. Je suis resté jusqu'au bout. Comme quoi...

Mais que peut-on attendre d'un téléfilm ?
Pour ma part, pas grand-chose.
Donc pas de surprise.

Filou
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
maxime



Inscrit le: 14 Nov 2002
Messages: 6712

MessagePosté le: Sam Oct 22, 2011 11:30 am    Sujet du message: Répondre en citant

Bon bah ça va alors. Je suis consolé ! Laughing
Merci Gouze.
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Don Everly



Inscrit le: 03 Déc 2005
Messages: 3099
Localisation: Kentucky

MessagePosté le: Sam Oct 22, 2011 6:12 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Moi mon préféré c'est Ferré, pourvu qu'ils ne fassent jamais de biopic ! Laughing
_________________
"Hey bird dog get away from my chick
Hey bird dog better get away quick
Bird dog you better find
A chicky little of your own ! "
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Rockingcloud



Inscrit le: 02 Aoû 2004
Messages: 1811
Localisation: On the hill

MessagePosté le: Dim Oct 23, 2011 5:58 pm    Sujet du message: Re: Brel, Ferré, Brassens et Les Beatles Répondre en citant

johngouze a écrit:

Voici, pour ceux qui ne connaissent pas ce fameux "Tour de table" entre les trois géants de la Chanson Française...Ils répondent tout trois aux mêmes questions d'un journaliste brillant , du reste...

En prime de ce topic, un petit sondage déchirant, lequel de ces trois grands songwriters préferez vous??? Sondage cornelien, s'il en est..


Et comment que je connais l'événement, la fameuse photo est encadrée dans le salon en Bretagne et le bouquin avec retranscription de l'interview (dont le passage Beatles) est dans une vitrine peu éloignée.

Voir le texte et des photos de cet événement ici:

http://snoopairz.free.fr/

Quand à choisir un des trois c'est comme demander à un curé de choisir sont préféré parmi Marie, Joseph ou Jésu.
Cool

Mais je vote quand même pour participer au délire et dire que je suis l'un de vous.


"- Et la pop music… Les Beatles ? Quels sentiments vous inspirent ces gens-là, cette musique-là ?

BRASSENS : J’aime beaucoup ça sur le plan musical. Pour ce qui est des paroles, je ne comprends pas l’anglais, alors ça va tout seul.

FERRÉ : Comme Georges, j’aime beaucoup sur le plan musical et je ne cherche pas tellement à comprendre les paroles, sauf celles d’une chanson qui s’appelle "Hey Jude" et qui se termine par une chose qui n’en finit plus, je voudrais bien savoir pourquoi et ce que ce la veut dire. Ce sont des musiciens.

BREL : Moi, je suis très content que l’on rende publiques les harmonies de Gabriel Fauré. Ils ont ajouté une pédale charleston aux harmonies de Gabriel Fauré. C’est très faurien tout ça et je trouve très bien qu’ils en aient fait une chose populaire. C’est très joli. Pour le reste, j’ai les mêmes ennuis que Georges avec l’anglais, je ne sais jamais exactement de quoi ils parlent, mais je crois que çà n’a pas beaucoup d’importance.

BRASSENS : Le tout est de savoir comment les gens les aiment. S’ils les aiment profondément ou s’ils les aiment parce que c’est une mode.

FERRÉ : En plus, je crois que, politiquement, ce sont des gens bien.

- Ils s’insèrent plus ou moins dans le mouvement "hippie". Que pensez-vous, précisément, de ces hippies ou des beatniks ?

BREL : C’est l’anarchie moderne ! Une forme de refus. C’est quelque chose de nouveau et qui, en tout cas, n’a rien de guerrier, ça c’est déjà sympathique. J’aime beaucoup moins les colliers et tous ces trucs-là, ça me fatigue un peu. Mais ça n’a rien de violent. C’est pas mal ça, si l’on songe que les gens de vingt ans sont élevés depuis toujours pour tuer… Où ça se complique un peu, c’est qu’il y a un petit coup américain dedans ; il y a les Hindous qui s’en mêlent aussi, on ne sait plus très bien.

BRASSENS : Il y a toujours un peu de snobisme aussi, les gens qui font semblant de trouver ça bien…

BREL : Oui… mais ça a une couleur qui n’est pas vraiment antipathique.

FERRÉ : Vous avez la réponse, on aime beaucoup.
"


...

"- Avez-vous le sentiment d’être devenu des adultes ?

BRASSENS : Aïe, aïe, aïe !

BREL : Moi non.

FERRÉ : Moi non plus.

BRASSENS : On est tous un peu demeurés ! Pour devenir adulte, il faut déjà faire son service militaire, se marier, avoir des enfants. Il faut embrasser une carrière, il faut la suivre, monter en grade. C’est comme ça qu’on devient adulte… Nous autres, nous avons un peu une vie en marge de la vie normale, en dehors du réel. On ne peut pas devenir adultes.

- Peut-être parce que vous n’avez pas voulu vous adapter au système traditionnel ?

BREL : Ou qu’on n’a pas pu !

BRASSENS : Parce que c’était notre caractère de ne pas nous y adapter ; voilà tout. On ne l’a pas fait exprès. Il n’y a pas de vantardise à dire qu’on est solitaire. On est comme ça.

FERRÉ : Ca rejoint l’enfant-poète. Quant Brel chante sans rire, et qu’il y croit, quand il dit cette chose merveilleuse, " j’allumerai ma guitare, on se croira espagnol", il n’y a qu’un gosse qui puisse dire ça !

BREL : Bien sûr. C’est une question de tempérament finalement… Le tout, c’est de savoir ce qu’on fait devant un mur : est-ce qu’on passe à côté, est-ce qu’on saute par-dessus, ou est-ce qu’on le défonce ?

BRASSENS : Moi, je réfléchis !

BREL : Moi je le défonce ! Enfin, j’ai envie de prendre une pioche…

FERRÉ : Moi je le contourne !

BREL : Oui, mais le point commun, c’est que tous les mois, instantanément, on a envie d’aller de l’autre côté du mur qui se dresse. Il n’y a que ça d’important, et c’est ce qui prouve que nous ne sommes pas des adultes. Un type normal, qu’est-ce qu’il fait ? Il construit un autre mur devant, il met un toit dessus et il s’installe. C’est ce qui s’appelle bâtir ! [rires]"
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Filou



Inscrit le: 14 Nov 2002
Messages: 22848
Localisation: Paname

MessagePosté le: Lun Oct 24, 2011 11:36 pm    Sujet du message: Brassens est en nous Répondre en citant

C'était ce soir sur France 3.

Un doc magnifique pour le 30eme anniversaire de la disparition de Georges (avec un S).
Des témoignages, des documents et diverses interprétations par des artistes connus comme inconnus (sur youtube) qui montre à quel point chacun s'approprie les mots et la musique à sa manière.

De belles surprises que je ne connaissais pas comme la rencontre avec Trenet où Georges lui montre qu'il connait tout son répertoire par cœur (alors qu'il oublie parfois ses propres textes), des duos improbables, des témoignages qui racontent leur passion pour cet homme qui ne mâchait pas ses mots pour faire passer ses idées, mais restait d'une simplicité et d'une sensibilité singulière.

Par contre, celui qui capte ce que Christophe raconte... je lui paye des cacahuètes Cool


A recommander vivement donc pour les brassensiens ...mais aussi les autres.


Brassens est en nous
Lundi 24 octobre à 20.35



Un documentaire écrit par Didier Varrod
Réalisé par Nicolas Maupied
Une production Program33, avec la participation de France Télévisions
en coproduction avec l’INA


France 3 met à l’honneur Georges Brassens en proposant le documentaire "Brassens est en nous". Trente ans après sa disparition, " le petit père peinard ", pipe à la bouche, gratte à la main, n’a jamais cessé de brasser des thèmes d’une pertinente actualité. Féministe avant l’heure, anticlérical tolérant, s’opposant à la guerre, à la morale des bien- pensants, le personnage se dévoile dans toute sa complexité au rythme des images d’archives inédites, des reprises "brassensiennes" et des interviews généreuses de ses disciples.
Brassens. 60 millions de disques vendus. Des dizaines d’écoles, de collèges, de rues et de centres culturels portent son nom. C’est l’un des chanteurs les plus traduit, chanté, adapté, désacralisé...et le plus consacré aussi !

A travers six thématiques chères à Brassens - l’amitié, les femmes et l’amour, la langue, la musique, le libertaire, la postérité - des chanteurs mais aussi des journalistes, des historiens, des humoristes, nous expliqueront comment ce poète s’est insinué dans leur vie, comment ils se sont nourris de ses musiques et paroles pour se construire, comment ils se sont approprié le personnage, et surtout, en quoi cette parole intemporelle résonne plus que jamais jusqu’à eux, jusqu’à nous !

Un casting exceptionnel et trans-générationnel ranime ce Brassens qui brûle en chacun de nous : Maxime Le Forestier, Juliette Gréco, Olivia Ruiz, Marcel Amont, Françoise Hardy, Alain Souchon, Audrey Pulvar, Christophe, François Morel, Benoît Dorémus, Bertrand Belin, et aussi 20Syl d’Hocus Pocus (qui le porte même en étendard).
Interviewé par Didier Varrod, dans le décor intimiste d’un plateau chaleureusement éclairé, propice aux confidences, l’intervenant fera face à un écran où seront projetées des archives de toute nature dont des chansons originales de Georges Brassens ou des reprises.




France 3 : http://programmes.france3.fr/documentaires/index-fr.php?page=documentaires-archives-articles-detailles3&id_article=1165

Chez Georges : http://www.brassens2011.com

Filou
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Don Everly



Inscrit le: 03 Déc 2005
Messages: 3099
Localisation: Kentucky

MessagePosté le: Mar Oct 25, 2011 1:16 am    Sujet du message: Re: Brassens est en nous Répondre en citant

Filou a écrit:
De belles surprises que je ne connaissais pas comme la rencontre avec Trenet.

Filou



On te l'avais dit, pourtant, on te l'avait dit ! Laughing

Quand on parlait Trenet avec qui tu as du mal ! Wink


Brassens, Ferré, Gainsbourg, Higelin, tous dingues du fou chantant, à partir d'un certain nombre, y peut plus y avoir d'erreur ! Cool

(j'aime beaucoup les duos Brassens-Trenet que j'ai en audio et video)
_________________
"Hey bird dog get away from my chick
Hey bird dog better get away quick
Bird dog you better find
A chicky little of your own ! "
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Zug



Inscrit le: 02 Oct 2004
Messages: 3335
Localisation: Paris

MessagePosté le: Mar Oct 25, 2011 8:22 am    Sujet du message: Re: Brassens est en nous Répondre en citant

Don Everly a écrit:
Filou a écrit:
De belles surprises que je ne connaissais pas comme la rencontre avec Trenet.

Filou



On te l'avais dit, pourtant, on te l'avait dit ! Laughing

Quand on parlait Trenet avec qui tu as du mal ! Wink


Brassens, Ferré, Gainsbourg, Higelin, tous dingues du fou chantant, à partir d'un certain nombre, y peut plus y avoir d'erreur ! Cool

(j'aime beaucoup les duos Brassens-Trenet que j'ai en audio et video)

Laisse tomber, ce mec ne comprend rien et ne comprendra jamais rien au Génie ...
La preuve, il se paluche sur un gros suédois alcoolique qui a fait qu'un seul tube et qui en plus n'est même pas de lui...
Comment veux tu qu'il pige Trénet et les autres? Laughing

Citation:
(j'aime beaucoup les duos Brassens-Trenet que j'ai en audio et video)

Ouais très émouvant cette quasi dévotion de Brassens pour le Maître ..car il s'agit bien d'un Maître, le mot n'est pas galvaudé ...
Quand Brassens chante le Grand Café , chanson sublime , Trénet est estomaqué ..Comme quoi les plus grands sont souvent les plus humbles..
N'est ce pas? Laughing
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail
Filou



Inscrit le: 14 Nov 2002
Messages: 22848
Localisation: Paname

MessagePosté le: Mar Oct 25, 2011 1:14 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Laughing Laughing Laughing

Je sais bien que je passe à côté de kekchoz Wink

P'tet un jour, who knows...


Mais quand ça veut pas, ça veut pas.


Entouka, j'ai bien apprécié cette petite séquence où Brassens joue le fan de base devant le Maître en sortant à Trenet des morceaux peu connus de ses débuts et qui doivent flatter grave l'égo du Charles. Belle leçon d'humilité de la part de Georges, comme tu dis, qui prenait un vrai plaisir à partager ce moment avec celui qui doit faire partie de ses grandes influences. Dingue, il connait tout par coeur. Un vrai gamin devant son idole.

Dans le doc, on y voit aussi des passages où il craint d'oublier ses propres paroles. Et ça lui est arrivé quelque-fois sur scène d'ailleurs. Lui, imperturbable, va chercher sa feuille et reprend sa chanson. Amusant de la part d'un gars qui craignait la scène plus que tout.

Filou
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Zug



Inscrit le: 02 Oct 2004
Messages: 3335
Localisation: Paris

MessagePosté le: Mar Oct 25, 2011 8:19 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Brassens avait parait t il un complexe en ce qui concerne ses mélodies.
Elles sont souvent inspirées consciemment ou pas de sa maman italienne qui chantait des chansons folkloriques italiennes, des tarentelles..
Et c'est vrai que l'on retrouve dans les mélodies de Brassens quelque chose d'italien, à la fois gai et mélancolique...
Il y'a dans le répertoire de Brassens de merveilleuses mélodies, d'autres un peu plus plates..Mais dans l'ensemble , c'est un excellent compositeur qui en quelques accords arrivait à créer des airs bouleversants...Les exemples sont nombreux..
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail
Zug



Inscrit le: 02 Oct 2004
Messages: 3335
Localisation: Paris

MessagePosté le: Mar Oct 25, 2011 8:30 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Brassens savait aussi mettre en musique des textes qui n'étaient pas de lui , il a ainsi déterrer ce poème d'un obscur poète que la littérature française avait oublié et en a fait un chef d'oeuvre...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail
Zug



Inscrit le: 02 Oct 2004
Messages: 3335
Localisation: Paris

MessagePosté le: Mar Oct 25, 2011 8:36 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Citation:
Un documentaire écrit par Didier Varrod

Ce mec est un gros prétentieux et je le dis parce que je le connais un peu, extrêmement antipathique... Cool
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Envoyer un e-mail
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivante
Page 7 sur 9


 
Sauter vers:  



Powered by phpBB © phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com