|
plan du site | contact


Bienvenue sur cet espace de discussion ouvert à tous !
La passion des Beatles nous réunit,
mais tous les sujets sont possibles, vous avez la parole
et nous sommes là pour répondre à vos questions !

Se connecter pour vérifier ses messages privés Messagerie privée Rechercher Rechercher
Liste des Membres Liste des Membres Profil Profil
Connexion Connexion FAQ FAQ
S'enregistrer S'enregistrer (nouvel utilisateur)
  Lucy in the web Index du Forum > Coups de coeur
  Sujet : Jimi à l'honneur sur la planète Hendrix
Aller à la page Précédente  1, 2, 3 ... 26, 27, 28
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Yazid



Inscrit le: 22 Mai 2005
Messages: 697
Localisation: Fontenay sous Bois

MessagePosté le: Lun Mar 30, 2015 11:10 am    Sujet du message: Répondre en citant

L'émission musicale "Alcaline" (qui reçoit cette semaine Michel Jonasz) proposera un sujet sur Jimi Hendrix jeudi 2 avril à 23h35 sur France 2.

Après AC/DC, Pink Floyd et David Bowie, le magazine Thema Music proposera le 7 avril un nouveau hors-série disponible dans les kiosques pendant 2 mois.




YM
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
Yazid



Inscrit le: 22 Mai 2005
Messages: 697
Localisation: Fontenay sous Bois

MessagePosté le: Mer Avr 01, 2015 3:50 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Le teaser :

https://youtu.be/1TPxhk6AXeY




YM
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
Filou



Inscrit le: 14 Nov 2002
Messages: 22850
Localisation: Paname

MessagePosté le: Ven Avr 03, 2015 12:50 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Rhaaaaa loupé !

J'y pensais puis... ai oublié hier-soir Embarassed

Tu sais s'il y a une séance de rattrapage en ligne ? En replay déjà surement.


Merci pour l'info, Yaz.

Filou
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Rockingcloud



Inscrit le: 02 Aoû 2004
Messages: 1811
Localisation: On the hill

MessagePosté le: Sam Avr 04, 2015 12:23 am    Sujet du message: Répondre en citant

L'emission Alcaline Le Mag est disponible en replay ici (je ne sais pas pour combien de temps) :

http://www.tv-replay.fr/alcaline-le-mag/


Quand aux amitiés de Jimi Hendrix, celle avec Eric Clapton ne fait aucun doute.
Laughing


Jimi Hendrix et Eric Clapton en 1967.
Source : http://www.reddit.com/r/OldSchoolCool/comments/313xug/jimi_hendrix_and_eric_clapton_1967/
_________________
WHAT IS THIS THING IN LIFE
THAT PERSUADES ME TO SPEND TIME AWAY FROM YOU?
IF YOU CAN ANSWER THIS, YOU CAN HAVE THE MOON.
THIS IS THE PLACE TO BE,
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Filou



Inscrit le: 14 Nov 2002
Messages: 22850
Localisation: Paname

MessagePosté le: Dim Avr 05, 2015 7:16 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Ah, voila. Le sujet est maintenant dispo sur YT.

Avec Mister Yazid en première ligne.

Not bad, old pal. Not bad at all Wink




Mais aussi avec du beau linge comme Matthieu Chedid ou bien Gered Mankowitz, photographe des 60's.



Filou
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
fifi



Inscrit le: 04 Fév 2006
Messages: 1278
Localisation: quelque part là-dessus

MessagePosté le: Lun Avr 20, 2015 8:04 am    Sujet du message: Répondre en citant

Passée deux fois cette émission!


A propos de médias, "Pas Glop Pas Glop" pour la traduction par le journal Libération d'un article paru quelques jours plus tôt....

Jugez-en!



et là


_________________
Take a look on the BEATOONS, very good job, some parodies are funny a lot, covers sometimes are awesome, especially "All things must pass"...
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Filou



Inscrit le: 14 Nov 2002
Messages: 22850
Localisation: Paname

MessagePosté le: Jeu Mai 21, 2015 12:07 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Ah oui, pas glop du tout.

Mauvais locataire, Ringo Starr s'est fait expulser par Jimi Hendrix

Dans les années 60, Jimi Hendrix logeait au 34 Montagu Square, à Marylebone (Londres). En décembre 1966, il en sous-loua une partie à Ringo Starr, le batteur des Beatles, pour 30 livres mensuels.

Mais le goût pour les trips aux acides de Starr le poussa un jour à balancer de la chaux sur tous les murs, s'attirant les foudres du guitariste. Qui, ni une ni deux, l'en expulsa. Pas cool.



En VO, ça m'a l'air d'être le contraire, plutôt.
C'est Ringo qui a sous-loué à Jimi, puis viré Jimi.

J'ai l'impression qu'ils se sont légèrement mélangé les pinceaux dans la traduc.


Jimi Hendrix also lived in the apartment, subletting it from Ringo beginning in December 1966. He lived with his girlfriend, Kathy Etchingham, and also with his manager, Chas Chandler, and his girlfriend, Lotta Null. The monthly rent was £30.

But Jimi's time at 34 Montagu Square came to an abrupt end in 1967, when Ringo evicted him for throwing whitewash over the walls while on an acid trip.

Later, a third Beatle, John Lennon, rented the apartment for three months in the latter half of 1968 with Yoko Ono. The cover photograph of their album Two Virgins was taken at the address.







Ringo et Maureen, same place. Deux ans plus tôt, en 1965.





Filou
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Filou



Inscrit le: 14 Nov 2002
Messages: 22850
Localisation: Paname

MessagePosté le: Ven Mai 22, 2015 12:05 pm    Sujet du message: Répondre en citant

C'était en décembre dernier à la Galerie de l'Instant...



...où on retrouve notre ami Gered Mankowitz entouré de Bruno Ducourant et Dominique Tarlé.

Jolie brochette, non ?




Stones/Hendrix même combat.



Egalement présent à la boutique Taschen une semaine plus tard, Gered met toujours le feu parmi les fans de Jimi (et des Stones ici). Et toujours un bonheur de retrouver un homme charmant et plein d'attentions auprès des curieux avides de témoignages des sixties.

A suivre donc pour les Expos Hendrix à venir.


Très sympathiques tous les trois et en particulier Gered avec qui j'ai pu pas mal discuter sur toutes ces sessions-photos et cette époque incroyable à tout point de vue.
Vraiment adorable, le gars. J'en ai profité pour lui faire signer son superbe livre de photos sur Hendrix : The Experience Jimi Hendrix à Mason's Yard.




Notez la photo derrière de Keith avec le panneau : Patience please... a drug free America comes first !
(photo de Ethan Russell 72)

Perso, je le kiffe bien, ce gars-là. La dernière fois, on a parlé pas mal et même de la séance en studio avec Paul McCartney ey Mick Jagger. Hé oui ! ...pour les séances d'enregistrement de Marianne Faithfull en 67.

On les voit notamment avec ce bon vieux Glyn Johns.





Filou


Dernière édition par Filou le Dim Déc 11, 2016 10:41 pm; édité 2 fois
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Yazid



Inscrit le: 22 Mai 2005
Messages: 697
Localisation: Fontenay sous Bois

MessagePosté le: Lun Nov 07, 2016 3:22 pm    Sujet du message: Répondre en citant

J'ai été interviewé par le webzine Art’N Roll :

http://www.artnroll.net/home/interview-yazid-manou/

YM
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
Rockingcloud



Inscrit le: 02 Aoû 2004
Messages: 1811
Localisation: On the hill

MessagePosté le: Dim Nov 13, 2016 8:06 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Merci pour le partage du lien Yazid.
Je ne savais pas que tu avais organisé ce festival en 1990 !

Continue de nous informer sur l'actualité de Jimi Hendrix et des événements aux quels tu participe.
_________________
WHAT IS THIS THING IN LIFE
THAT PERSUADES ME TO SPEND TIME AWAY FROM YOU?
IF YOU CAN ANSWER THIS, YOU CAN HAVE THE MOON.
THIS IS THE PLACE TO BE,
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Filou



Inscrit le: 14 Nov 2002
Messages: 22850
Localisation: Paname

MessagePosté le: Ven Déc 02, 2016 6:48 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Hé oui, ce fameux festival JIMI'S BACK à l'Olympia...



Une jolie histoire.




Allez, voici la retranscription de l'interview :

Art’N’Roll : Dans une émission de TRACKS sur ARTE, en 1993, tu as expliqué et donné un bon exemple, de ce que nombre de fans de musique ont un jour connu : le concept dit de « la claque ». Il me semble que ta « claque » à toi, c’était sur « Voodoo Child » de Jimi… Tu peux nous narrer cela ? Tu avais quel âge et ça s’est passé comment ?

Yazid Manou : C’est simple, j’ai reçu à mon douzième anniversaire l’album « Electric Ladyland ». Je me suis précipité dans ma chambre, je l’ai mis sur la platine : je parle de la version « Voodoo Child », la longue, pas le célèbre riff que tout le monde connait (NDA : donc pas « Voodoo Child (Slight Return) »). Et là, dans les premières secondes, tu as la guitare en synchro avec la voix, au tout début, et il s’est passé quelque chose… Tu vois, je n’ai jamais pris d’héro, je n’ai jamais pris de… Mais là, il y a eu un Flash tel que je l’ai immédiatement remis sur le saphir. Et cela ne m’est plus jamais arrivé. La claque.

ANR : Quelle est la genèse de cette soirée de 1990 à l’Olympia ?

YM : Alors, je suis fan de Jimi Hendrix depuis 1977…

ANR : Tu as quel âge ?

YM : J’ai 51 ans. Et de 1977 à 1990, seuls mes parents et mes proches de l’Ecole savaient que j’étais un furieux d’Hendrix, sur les années 1987-1988, je profitais de mon inactivité pour aller trainer à la FNAC des Halles pour lire tous les bouquins sur lui. Et je suis tombé sur celui d’une femme qui se nomme Nona Hatay, une Américaine de Boston qui avait photographié Jimi au Madison Square Garden, le 18 mai 1969, agrémenté de témoignages. Je l’ai acheté.



A la fin de ce livre, il y avait une adresse… Je me dis : « je vais lui écrire ! ». Evidemment, j’ai 23-24 ans, je suppose qu’elle ne va pas me répondre, puisqu’elle doit recevoir des milliards de lettres. Mais je lui adresse quand-même une lettre enthousiaste de Fan. Quelques semaines plus tard, je reçois un pli un peu costaud : c’était la réponse de Nona Hatay, laquelle m’envoie des cartes postales, des photos… Et je suis entré en relation avec elle. Pourquoi j’insiste sur Nona Hatay ? Parce que c’est elle qui a tout déclenché.

Dès 1984, je trainais au New Morning à Paris pratiquement tous les soirs. Je lui ai expliqué ma vie, que j’étais employé de Transit, que j’étais content d’avoir cette relation virtuelle avec elle. Et un jour, en 1989, elle me sollicite sur le thème : l’an prochain, cela va être les 20 ans de la mort de notre Héros commun, je souhaiterais que tu m’aides à monter une expo en France afin de présenter des photos de lui que personne ne connaît.
Et la situation entre nous s’inverse : c’est elle, elle qui a vu Hendrix, qui me pose une question à moi le petit Fan Français. Et j’étais archi-archi-content. Mon seul reflexe, ne connaissant pas le Show-Business, est de contacter la salle où j’allais tous les soirs : les gens du New Morning sont enthousiastes je commence à mettre tout en place pour septembre 1990… jusqu’à ce qu’ils me disent qu’ils me prêtent les murs, mais pas l’argent afin d’acheminer les photos des USA.

Tout s’écroule, c’est la panique ! Et j’appelle la FNAC Les Halles. Qui me répondent être complet pour septembre 1990. Néanmoins, j’appelle sur leur conseil, Véronique Lopez de la FNAC Montparnasse, qui m’accueille à bras ouverts. Je bénéficie alors d’une infrastructure, tout est géré par la FNAC. Pour la première fois de ma vie, j’appelle Nona Hatay aux USA. La FNAC me demande alors d’ajouter de la musique : je leur réponds de passer un disque.
Ce à quoi ils m’expliquent qu’à chaque vernissage, il leur faut un groupe ! Je me mets à téléphoner à la terre entière en présentant mon projet. Et rapidement, je me retrouve avec tout un tas de cassettes de groupes, vingt-trente, dont un de New-York que je veux absolument…



Un Buzz se met en place à Paris autour de tout ça. Je me dis qu’avec toute cette matière, il me faut en fait organiser un festival : je branche tous les tourneurs de Paris (les GARANCE, les ALIAS, les « machins », les « tout le monde », les…)… Mais, ils refusent.
Au New Morning, je me mets en cheville avec Alex, le Boss de la société KABARET (une petite boîte qui n’existe plus, le plus gros qu’il avait fait, c’était le Bataclan).

J’entre en contact avec Noel Redding. Et je me convaincs sur conseil d’un pote qu’il faut le faire à l’Olympia, puisque Jimi a joué là-bas. Voilà la naissance du Festival « Jimi’s Back ».

Je ne peux pas tout te narrer, mais en 2010, le fils du fondateur de Rock & Folk a publié un livre racontant toute l’histoire. C’est paru aux Editions CASTOR ASTRAL sous le titre « Blues pour Jimi ». Le livre est toujours dispo.



YM : Cela a donc duré une semaine, la plus grosse manifestation mondiale sur le thème. Donc, vernissage photos à la FNAC avec Nona Hatay le 14 septembre, puisque tout est parti d’elle.

Le lendemain, concert de quatre heures à l’Olympia, complet, avec 13 artistes : Noel Redding, Randy California, Paul Personne, Louis Bertignac, Axel Bauer (avec Christine Lidon à la basse), Dominic Sonic, Jad Wio, Amar Sundy/Etienne M’Bappé/Paco Séry, Axis (groupe de Besançon), More Experience (Suisse), Angel Recca (USA), K-Dick & The Bladerunners (guitariste de Bashung), Zoran (guitariste yougoslave sévissant toujours à Paris).



Ensuite, concert dans un petit bar le Conway’s rue Saint-Denis, en face d’une église… Le lendemain, projection au Max Linder. Expos dans toutes les FNAC de Paris.

Pour clôturer le tout : concert au New Morning, le samedi 22, avec Luther Allison, qui ne pouvait pas venir le 15…

ANR : Et après, comment devient-on LE spécialiste Français de Jimi Hendrix ?

YM : Evidemment, les médias me sont tombés dessus : j’ai eu mon « quart-d’heure Warholien ». Comme tu as des fans des Pays-Bas, de Belgique, qui ont afflué, tout le monde m’est tombé dessus : je suis devenu « le fan d’Hendrix », et reconnu comme tel.



En plus, j’étais au chômedu, car je m’étais fait licencier de mon poste d’employé de Transit pour « abus de fax et de téléphone », parce que j’ai tout organisé depuis mon boulot… (Rires) Pourtant, mon patron m’avait raconté avoir gagné quand il avait 20 ans un concours en jouant « Hey Joe »… Et il m’a quand-même laissé le temps de faire mon festival avant de me licencier en août 1990… Sans le savoir, j’étais devenu attaché de presse. C’était plus facile à l’époque.

ANR : Pourquoi ?

YM : Parce ce qu’il y avait moins de médias, il n’y avait pas le Web et les gens avaient plus de thunes. Quand tu avais un article dans Libé, le lendemain c’était complet. Maintenant, on rame plus, tout est diffus.



ANR : Quel a été ton rôle dans l’organisation de l’exposition « Jimi Hendrix Backstage », qui s’est tenue d’octobre 2002 à janvier 2003 à la Médiathèque de la Cité de la Musique à Paris ?

YM : En 2001, je reçois un coup de fil d’Emma Lavigne, une des conservatrices, à l’époque, de la Cité de la Musique. Qui me propose de l’aider à organiser la première manifestation Rock de l’institution, sur Jimi donc. Je lui réponds que j’ai beau être Fan, je suis désormais en mega-embrouille, et depuis 1998, avec la Sœur adoptive de Jimi Hendrix. Elle me déteste. Gentiment, Emma Lavigne m’assure que ce n’est pas grave, qu’elle va me faire travailler quand-même. Donc à cause de la Sœur de Jimi, je n’ai pas pu être nommé Commissaire de l’Expo, mais, Emma a réussi de faire en sorte que je sois embauché en tant qu’attaché de presse. Je pouvais, de toute façon, leur donner quelques conseils voire corrections.

ANR : C’est toi qui leur as apporté les gribouillis d’Hendrix enfant ?

YM : Non. Pour la première fois, il y a eu une collaboration entre la famille de Jimi et le musée du Rock à Seattle, Experience Music Project (EMP) de Seattle, dont une pièce est dédiée à Jimi (et qui est financé par le milliardaire américain Paul Allen, cofondateur de Microsoft, le Fan d’Hendrix le plus riche du Monde). Donc, en gros, le Musée EMP nous a prêté 80 % des objets, et la famille 20 %. Ce 100 % a constitué l’Expo Hendrix de 2002 à Paris.



ANR : A ce titre, quel est l’événement le plus insolite ou saugrenu concernant Jimi Hendrix, auquel tu as assisté ?

YM : Insolite ? Rien ne me vient soudainement à l’esprit… Si : quand tu assistes à un concert, et que le groupe te massacre une reprise… Je n’ai pas le nom d’un groupe, je n’ai pas le nom d’une reprise…

ANR : Quelle serait ta pire reprise d’Hendrix ?

YM : Non, je ne sais pas…

ANR : Alors, ta meilleure ?

YM : J’ai été éclaté par des reprises des Red Hot… de Ben Harper, Prince… Mais, te citer la pire comme ça, je ne vois pas…

ANR : Je rebondis sur le dernier cité : dans son film, Lemmy dit qu’une fois qu’on a connu Jimi Hendrix, Prince est tout de suite moins intéressant…

YM : Alors, que ce soit Lemmy, ou autre : je peux comprendre, et moi le premier, qu’à partir du moment où l’on a connu Hendrix, le reste parait plus fade. Musicalement, tout ce qu’on veut… Voilà : il y a un avant et un après Hendrix, surtout si on démarré à fond la musique avec lui, comme moi. Donc, cette phrase ne me choque pas.



ANR : Combien possèdes-tu de disques, tous supports et toutes origines, de Jimi Hendrix ?

YM : Contrairement à ce que les gens pensent, je ne suis pas un collectionneur. Je garde ce qu’on me donne. En plus, habitant dans ma banlieue de Fontenay-sous-Bois au 13e étage, je ne suis pas en mesure de tout empiler, ce qui fait toujours marrer mes potes. J’ai une bibliothèque avec une cinquantaine de livres, peut-être une quarantaine de vinyles et pas mal de cassettes pirates.

ANR : Quel est le plus culte de tes objets se rattachant à Hendrix, ou lui ayant appartenu, en ta possession ?

YM : Je n’ai pas d’objet lui ayant appartenu : je n’ai pas les moyens, et je ne suis pas fétichiste à ce point-là. Mais, si tu veux, on m’a donné le tirage de la première photo au Monde de l’Expérience : le 14 octobre 1966 à Nancy. C’est la première photo du groupe jamais prise. Donc, j’ai ça, et j’ai aussi le fax que Noel Redding m’a envoyé lors de l’orga du festival, me demandant si j’ai également des joints et des filles… (Rires) Voilà, j’ai toujours cette correspondance. Comme j’ai toujours la lettre signée de sa main de Mitch Mitchell, qui me dit qu’il ne peut pas venir, mais qu’il me souhaite bonne chance pour mon festival.

ANR : Tu l’as rencontré Mitch Mitchell ?

YM : Deux-trois fois. Je crois que la première fois c’était lors d’une émission organisée par Philippe Manœuvre sur Canal Jimmy, à Disney. Et la deuxième fois, je m’occupais de la réédition du catalogue d’Hendrix chez MCA en 1997 : je me rends au Marriott sur les Champs, car j’avais rendez-vous avec la Sœur de Jimi (avant qu’on se soit embrouillé), elle déjeunait avec lui. Et il était aussi au vernissage de l’Expo de 2002, mais on ne s’est pas adressé la parole…

ANR : Mais il y avait Johnny…

YM : Mais il y avait Johnny, que j’ai invité personnellement.

ANR : Tu vis financièrement de cette passion ?

YM : Après le festival de 1990, j’ai perdu 30 000,00 francs (NDA : 7 000,00 euros), ce qui est pas mal pour un jeune qui vient de se faire licencier. Il y a eu des choses qui m’ont été remboursées, d’autres non, comme le séjour de Nona Hatay d’une semaine. En plus, et c’est le truc qui m’a couté le plus cher, c’est d’inscrire mon nom en lettres rouges sur le fronton de l’Olympia… Dix mille balles. Donc, j’étais dedans de 30 000,00 francs.
Mais, étant devenu attaché de presse indépendant en 1991, et ayant créé ma boite en 1994, je me suis remboursé assez vite. Je travaille pour des maisons de disques et des tourneurs depuis vingt-six ans.



ANR : De Uli Jon Roth à Kirk Hammett, en passant par King’s X ou Skid Row, nombreux sont les musiciens de Hard Rock qui sont fans ou qui se réclament de Jimi Hendrix. Pourrais-tu, s’il te plaît, expliciter le lien entre Jimi Hendrix et la musique favorite de nos lecteurs ?

YM : On a l’habitude de dire, et je suis de cet avis-là, que Jimi est un précurseur du Hard Rock, avec Cream, avec Led Zep. Il jouait très très fort, les potards à fond et le Larsen. Nous n’avons pas idée, mais les gens qui ont assisté à des concerts d’Hendrix nous disent à tel point c’était assourdissant.
C’est pour cela, et je peux les comprendre, que certains n’aiment pas Jimi Hendrix. Il y a une approche à avoir : si l’on découvre Hendrix en Live et qu’on se le prend en pleine poire, et qu’après on écoute « Little Wing », on peut douter que c’est la même personne qui joue… Je comprends ce lien vis-à-vis des hardeux. C’est du son très fort.

ANR : Tu écoutes quoi comme groupes et artistes de Hard Rock / Metal ?

YM : J’aime bien AC/DC…. Je me suis occupé d’un film scénarisé par le chanteur d’Iron Maiden en 2009, j’ai bossé avec Bruce Dickinson, son film sur Aleister Crowley…

ANR : En mai 2015 à l’Olympia, c’est toi qui étais en charge des accreds presse pour le concert des 35 ans de La Souris Déglinguée. Comment es-tu devenu ami avec Luc Tai de LSD ?

YM : Déjà, je suis très lié (d’ailleurs j’en viens) avec la librairie Parallèles, depuis 1990 quand j’organisais mon Festival. J’ai rencontré Luc Tai là-bas. De plus, nous avons des potes en commun, des Punks ou pseudos-Punks, dont le groupe Ausweis. Il y a très longtemps. Donc c’est quelqu’un je croisais déjà dans les concerts, soirées et autres. Donc Tai Luc m’est tombé dessus il y a deux-trois ans pour que je m’occupe de ce fameux concert. Et c’est à ce moment-là que nous nous sommes rapprochés.

ANR : Merci Yazid.


La page du webzine Art’N Roll : http://www.artnroll.net/home/interview-yazid-manou

Filou
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Filou



Inscrit le: 14 Nov 2002
Messages: 22850
Localisation: Paname

MessagePosté le: Jeu Fév 15, 2018 1:38 pm    Sujet du message: Jimi à l'Olympia Répondre en citant



Avant première mondiale présentée par Yazid Manou à l'Olympia de l'écoute du nouveau Jimi "Both Sides of the Sky" qui sort le 9 mars prochain. Une première mondiale aussi en quelque sorte puisque seules deux écoutes ont eu lieu il y a 15 jours à New York et à Londres mais sur 5 morceaux seulement. Nous, on a eu droit à tout l'album. Ça se passait hier dans le salle billard de l'Olympia.

Parmi les invités, il y a eu de belles surprises comme celle de Philippe Druillet qui a dessiné cette fameuse pochette pour un album posthume à la demande de Barclay en 75, et qui présentait une série ultra limitée (26 ex) de Stratocaster aux couleurs de ce fameux dessin.



Mais aussi le témoignage assez exceptionnel de Sam Choueka (connu sous Chico d'Agneau du duo avec Groucho Business alias Alexandre Marcellin) que Yazid vient de retrouver après de longues recherches et qui présenta Jimi pour son Olympia du 9 octobre 67. Il nous a raconté, et même rejoué, la scène où il a parlé avec Jimi en coulisses pour savoir comment le présenter et même lui suggérer un truc à dire en français... écrit en phonétique au dos de sa gratte.



Ça faisait 25 ans qu'il recherchait ce gars-là. Le gars qui présentait Jimi Hendrix sur la scène de l'Olympia 9 octobre 67, Yazid Manou cherchait l'homme qui se cachait derrière cette voix qu'il entendait sur la bande au début pour annoncer Jimi.
Et notre Columbo de Yazid a fini par le retrouver au bout de 25 ans. Il s'agissait d'un jeune garçon de 20 ans, guitariste, à qui on a demandé de présenter sur scène un petit gars qui venait à peine de faire un tube, Hey Joe. Et ce garçon, il s'agit de Sam Choueka que l'on connait aussi sous le pseudo de Chico d'Agneau du duo avec Groucho Business alias Alexandre Marcellin.
Un gars adorable qui était là, lundi dernier, et avec qui j'ai pas mal discuté après l'écoute de l'album en salle de billard de l'Olympia (avant-première mondiale du nouveau Jimi "Both Sides of the Sky" à sortir le 9 mars prochain).

Incroyable histoire de retrouver un gars 50 ans plus tard à partir d'une voix. Et Sam raconte son histoire et aussi sa rencontre avec Jimi en coulisses. Comment Jimi accepte de lui parler parce qu'il avait l'air amusant... Wink et Jimi lui expliquer aussi qu'il tient à ce qu'il le présente comme le Jimi Hendrix Experience et pas seulement Jimi Hendrix.
Et puis aussi qu'il aimerait dire quelques mots sympa sur scène en français. Sam lui propose de dire "Je vous aime beaucoup". Jimi prend alors sa Strat blanche et écrit au dos en phonétique "GE VU ZEM BO COO". Un véritable collector si la Strat existe encore Wink



Sam a pu revoir Jimi en 68 quand il est revenu à l'Olympia et a pu parler avec lui un peu plus. Et même entendre Jimi jouer des vieux morceaux de blues pour roder ses nouvelles cordes. Un souvenir assez unique, je vous raconte pas. Et lui a raconté tout ça sur la scène de la salle de billard de l'Olympia lundi dernier, 29 janvier 2018, 50 ans jour pour jour après son Olympia du 29 janvier 68.

Et puis encore l'intervention du journaliste Michel Brillié (surnommé Bernard dans SLC) qui a fait une interview à l'Olympia du 29 janvier 68 pour l'émission Salut Les Copains sur Europe N°1. Le 29 janvier 68, il y a donc tout juste 50 ans aujourd’hui.

On le voit ici prendre la parole dans la Salle de Billard de l'Olympia et expliquer comment il s'était retrouvé à interviewer Jimi alors qu'il était torse nu dans sa loge, en train de s'habiller.



Michel Brillié était alors surnommé Bernard dans l'équipe de SLC. Va savoir pourquoi. Michel, c'était déjà pris ou pas assez jeune pour l'émission ? Un brève interview de 2 mn qui est l'une des rares, et peut-être même la seule, de Jimi enregistrée et passée à la radio en France. A priori, c'est la seule bande que l'on ait de Jimi interviewé en France. Yazid a entendu parlé d'uné émission que Jimi aurait faite chez José Artur mais rien n'est sûr et à ce jour, il n'en a trouvé aucune trace. L'appel est lancé Wink



Sur la partie écoute du nouvel album, on a eu droit aux 13 titres qui constituent l'album avec plein de versions inédites, raretés et deux inédits. Et aux côtés des zicos habituels, Noel Redding, Mitch Mitchell, Billy Cox ou Buddy Miles, on retrouve de belles surprises comme la participation de Johnny Winter, Stephen Stills ou du saxophoniste Lonnie Youngblood avec qui il jouait fin 63.
Sortie annoncée pour le 9 mars 2018 (Sony Legacy)

La "salle de billard" de l'Olympia.



Parmi les invités à l'Olympia lundi dernier organisé par Yazid Manou pour l'écoute en avant-première mondiale de l'album d'Hendrix (Both Sides of the Sky, sortie le 9 mars), on retrouve Sam Choueka qui a été le présentateur annonçant Jimi sur la scène de l'Olympia le 9 octobre 67, Philippe Manoeuvre, Vincent Palmer (Bijou), les dessinateurs Philippe Druillet et Mezzo, les photographes Dominique Tarlé, Christian Rose et Jean-Louis Rancurel, Jackie Berroyer, Jean-Michel Boris, Odile Noël, Patrice Guino, Dominique Dulot et Georges Douna, les deux concepteurs qui présentaient les prototypes de la Stratocaster qui vont sortir en série limitée avec le dessin de Druillet (pochette Barclay 1975).


Et on retrouve Sam Choueka avec Philippe Manoeuvre et Jean-Louis Rancurel, photographe des sixties. Un autre photographe de renom, Christian Rose, un peu derrière.



Ici Vincent Palmer (Bijou) en interview avec Philippe Manoeuvre. Et Sam Choueka.



Odile Noël, photographe qui suivait Jimi un peu partout à l'Olympia à l'époque...



Ici avec ce cher Jean-Louis Rancurel et Patrice Guino, photographe chez Rockerparis.



Un vrai plaisir de rencontrer Philippe Druillet à cette occasion et de trouver un homme vraiment charmant, fascinant et aussi toujours l'oeil vif et facétieux, qui se prête volontiers à la plaisanterie, comme ici lorsque je lui demandais de prendre en photo ses grosses bagues qu'il avait aux doigts et trouvait vite une solution pour qu'elles soient sur la photo Wink



Jackie Berroyer, grand fan d'Hendrix était aussi de la partie. Pendant que Philippe Druillet s'amuse toujours à faire l'andouille..



Très très belle rencontre avec Druillet. Je regrette juste de ne pas avoir apporté avec moi mon album Barclay avec son dessin pour qu'il me le signe... Mais ce n'est que partie remise.

Ici avec l'un des deux concepteurs du projet, Georges Douna.



Et c'est une société française A à Z, spécialisée dans la reproduction d'objets dérivés de la BD, qui a obtenu l'autorisation de Philippe Druillet pour reproduire son fameux dessin sur deux guitares de légende : la Stratocaster et la Telecaster !

Série limitée qui va être mise en vente très bientôt (14 février 2018) à 26 exemplaires chacun (de A à Z) + un numéro 00. Avec chaque exemplaire numéroté, signé et présenté dans une caisse designée par le dessinateur.



La page officielle avec tous les détails : http://www.aazcollector.com

Ici Yazid avec l'un des deux concepteurs du projet, Georges Douna.



Philippe Manoeuvre et l'autre concepteur, Dominique Dulot avec le prototype de cette magnifique Strat blanche customisée aux couleurs du dessin mythique de Druillet.



Et moi aussi, je la veux cette pu*** de gratte !!! Laughing



Le dessinateur Mezzo, lui aussi, grand fan de musique, de blues, et de Jimi donc.



La news sur Rockerparis : http://rockerparis.blogspot.fr/2018/01/ecoute-de-both-sides-of-sky-de-jimi.html



Magique ce Druillet. Complètement magique.



Filou
Revenir en haut de page
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet Aller à la page Précédente  1, 2, 3 ... 26, 27, 28
Page 28 sur 28


 
Sauter vers:  



Powered by phpBB © phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com